Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Mais où est passé Jean XX ?

POPES
Public Domain
Partager

Ne vous êtes vous jamais rendu compte, dans les listes des successeurs de Pierre, qu’il manquait un pape ? En effet, il en manque un entre Jean XIX et Jean XXI… Serait-ce une erreur de calcul ou l’oubli involontaire de Jean XX ?

Tout ce problème est dû à l’erreur des historiens du Moyen Âge et de l’époque moderne. Au XIe siècle, certains croyaient qu’il existait un pape du nom de Jean entre l’antipape Boniface VII (974-984) et Jean XV (985-996). Bartolomeo Sacchi, dit Platina, humaniste et gastronome romain du XVe siècle, nommé préfet de la bibliothèque Vaticane par Sixte IV, aurait situé le pontificat du pape Jean, oublié autrefois, entre le mois d’août 985 et mai 986. Celui-ci aurait prit le numéro XV mais, afin de ne pas bousculer la numérotation déjà en place fixée jusqu’à Jean XIX (1024-1032), on lui accorda le nom de Jean XIV bis !

La fin du Xe siècle est marquée par un chaos politique et institutionnel. Après la mort de Benoît VII, l’évêque Pietro Campanora de Pavie, ancien chancelier impérial d’Italie, est élu pape avec le consentement de l’empereur Othon II, et couronné à la fin du mois de novembre 983. Il prend donc le nom de Jean XIV. Mais quelques jours après, le 7 décembre, Othon II meurt à Rome. Une fois la nouvelle arrivée à Constantinople, Boniface VII, antipape soutenu par des aristocrates romains, revient à Rome au mois d’avril. Avec l’aide de ses soutiens, il fait emprisonner Jean XIV dans les geôles du Château Saint-Ange et s’empare du trône pontifical.

L’erreur de comptage vient alors…

Selon les sources de l’époque, Jean XIV meurt au bout de quatre mois de détention, le 20 août 984, soit de faim et de misère soit assassiné par son « successeur ».

Mais dans les siècles qui ont suivi, certains historiens, fouillant dans les archives pontificales, avaient cru que ces quatre mois correspondaient à un nouveau pontificat. Le mythe de Jean XIV bis nait donc de la transmission textuelle d’une voix mal interprétée dans le Liber Pontificalis. Cette erreur d’interprétation spécifiait non seulement la durée du pontificat de huit mois (« VIII mens. »), mais aussi un temps de quatre mois (« IV menses »). C’est ainsi que jusqu’au XIe siècle, ces deux périodes ont été séparées et données chacune à un pape du nom de Jean.

La liste des papes s’étant rallongée de plusieurs siècles, d’autres successeurs de Pierre avaient pris le nom de Jean. Pour ne pas poser trop de problème, le pape de ces quatre mois de 984 pris le nom de Jean XIV bis.

Peu de temps après le pontificat de Jean XIX, une relecture approfondie de l’Annuaire pontifical est menée. En réalité, la mention de « IV menses » était le temps passé en prison ! Pour corriger cela, le pape suivant du nom de Jean ne pris pas le numéro vingt mais bien vingt-et-un afin de corriger cette erreur plus ancienne, faisant ainsi sauter le numéro vingt.

Ainsi, Jean XXIII, canonisé le 27 avril 2014, est en réalité le vingt-deuxième du nom et non pas le vingt-troisième comme son nom l’indique.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]