Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ces parents qui continuent à se rendre à la messe avec leurs enfants turbulents

Partager

Un enfant qui pleure, un autre qui court partout… Même si cela semble parfois compliqué à gérer, bien des parents continuent toutefois d’aller à la messe en famille chaque dimanche. Si certains paroissiens se sentent dérangés, le Christ a quelque chose de très important à leur dire.

L’appréhension peut être grande pour ceux qui se rendent le dimanche à la messe avec leurs enfants. Ces derniers ne savent pas rester assis tranquillement et sont parfois désobéissants et turbulents. Les parents ont parfois la désagréable impression qu’un gros projecteur est dirigé sur eux et sur la mauvaise éducation qu’ils donnent à leurs chérubins. Devraient-ils rester à la maison pour éviter tout ce chaos ? Ou continuer à se rendre à l’église comme tout bon catholique ? Le Christ, Lui, voit au-delà du tapage…

De la compassion

On peut imaginer aisément qu’il n’est pas facile pour un enfant de rester assis en silence durant une heure. Nombreux sont les parents qui appréhendent ce moment et font leur possible pour que leurs enfants ne dérangent pas l’assistance. Aller tôt à la messe, s’y rendre en soirée, emporter des livres de messe,  demander aux enfants de se calmer en chuchotant, les menacer à voix basse, s’asseoir au premier rang, puis au dernier, sortir… Même si quelques-unes de ces astuces portent leurs fruits, les paroles du prêtre restent toujours ponctuées de quelques pleurs.

Malgré tout, chaque semaine, les familles bruyantes et quelque peu folkloriques sont présentes (souvent à l’arrière !), causent du remue-ménage et distraient tout le monde, soumises au jugement d’un grand nombre de fidèles qui ne comprennent peut-être pas à quel point il est difficile de demander à un enfant de rester longtemps assis sans bouger. Et pourtant, ils continuent à revêtir leurs habits du dimanche et à se rendre à l’église.

Vacarme ou dévouement ?

Le Christ a quelque chose de très important à dire à ce propos : «  Levant les yeux, Jésus vit les gens riches qui mettaient leurs offrandes dans le Trésor. Il vit aussi une veuve misérable y mettre deux petites pièces de monnaie. Alors il déclara : « En vérité, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres. Car tous ceux-là, pour faire leur offrande, ont pris sur leur superflu mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle avait pour vivre »  (Luc 21, 1-4).

N’est-ce pas exactement ce que font ces parents ? Ils donnent absolument tout ce qu’ils ont et répondent à l’invitation de l’Église en allant à la messe le dimanche. L’embarras n’étant malheureusement pas une raison suffisante pour rester chez eux… Aux yeux du monde extérieur, il semble qu’ils ne font que le strict minimum. Certes, ils font acte de présence dans l’église, mais sont-ils bien concentrés ? Font-ils une expérience spirituelle ? Ont-ils réussi à écouter quelques paroles de l’Évangile ? Même s’ils donnent l’impression de ne pas faire grand-chose, le Christ sait tout ce qu’ils donnent réellement.

Tout comme les petites pièces que la dame a mises dans le tronc semblent insignifiantes à côté du grand sac d’or de l’homme riche, leur contribution paraît si petite que certains pourraient se demander pourquoi ils se donnent cette peine. Pourquoi aller à la messe pour passer tout son temps à tenter de calmer des enfants ? Mais le Christ est là pour rappeler que son regard n’est pas le même que celui du monde. 

Pour les parents d’enfants jeunes, la messe s’apparente souvent à un fiasco. Cependant, se rendre à la messe avec des enfants en bas âge, porteurs d’un handicap, ou quoi que ce soit d’autre qui les empêche de s’asseoir en silence et d’écouter avec attention, permet de faire une expérience de pauvreté et d’abandon unique. Et dans leur pauvreté, ces parents donnent réellement tout ce qu’ils ont, en faisant simplement de leur mieux. Même quand le reste du monde ne s’en aperçoit pas, Dieu voit la grande valeur de leur sacrifice.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.