Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Quand la Grande Reine ouvre ses bras au Tour de France

TOUR DE FRANCE LOURDES
YORICK JANSENS I BELGA MAG I BELGA
Des pèlerins belges à Lourdes lors du Tour de France 2015.
Partager

Le sanctuaire de Lourdes accueille ce vendredi 27 juillet le village départ de la 19e étape du Tour de France 2018. Un lieu fort où se retrouvent pèlerins et champions du bitume.

Avez-vous déjà vu un cycliste en maillot jaune ou blanc à pois rouges au cœur du sanctuaire de Lourdes ? Cela ne manquera pas de vous arriver si vous passez par Lourdes ce vendredi 27 juillet. Peut-être même croiserez-vous Christopher Froome ou Romain Bardet au détour d’une fontaine… En effet, 70 ans après une première édition en 1948, le sanctuaire de la petite ville des Pyrénées accueille à nouveau le départ du Tour de France. Un lieu important puisqu’il marque le début de la dernière étape de montagne du parcours qui amènera les athlètes jusqu’à Laruns, dans les Pyrénées-Atlantiques. Le village départ sera installé sur le parvis du rosaire. Les cars des équipes du peloton se tiendront sur l’esplanade des processions alors que le podium des cyclistes fera face à la statue de la Vierge couronnée. Une grande Reine pour les petites reines.

Une procession mariale vélo à la main

Les équipes d’organisation du sanctuaire se sont flanqué la tête dans le guidon pour adapter leur programme à l’occasion. En effet, pendant quelques heures, se côtoieront dans ce lieu unique des pèlerins du monde entier – on en attend 15.000 pour le jour de l’étape, dont 2 000 malades -, des journalistes, des curieux… et des sportifs. Durant la procession mariale aux flambeaux, ce jeudi 26 juillet, les pèlerins pourront exceptionnellement avancer un vélo à la main et un flambeau dans l’autre. À cette occasion, Mgr Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et de Lourdes, bénira chacun des vélos. Le lendemain matin, vendredi 27 juillet, une messe sera célébrée par le prélat, à 8h, dans la Grotte. Puis les coureurs seront accueillis et bénis au même endroit. De quoi leur donner du tonus pour cette dernière épreuve de montagne. On espère que ce bain de bénédictions leur permettra d’avoir la socquette légère (c’est-à-dire de pédaler avec aisance).

Une première édition en 1948

En 1948, sous l’impulsion de Mgr Théas, évêque de Tarbes-Lourdes féru de vélo, les virtuoses de la petite reine avaient fait étape à la Grotte où ils s’étaient recueillis avant d’être bénis par le prélat. Une étape qui avait été remportée par l’Italien Gino Bartali, surnommé « Gino le pieu ». En 1990, 1994 et 2011, la cité mariale avait accueilli deux départs et une arrivée d’étape, tandis qu’en 2015, les coureurs étaient passés devant l’accueil Notre-Dame. 70 ans après la première édition, le sanctuaire renoue donc avec cette tradition d’amitié avec le Tour de France et la grande Reine accueille à nouveau ses enfants.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.