Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

À Saint-Étienne-du-Rouvray, hommage au père Jacques Hamel

©Twitter/Abbé Grosjean
Partager

Jeudi 26 juillet 2018, la France s’est remémorée la figure du père Jacques Hamel, assassiné par des membres de l’État islamique voici deux ans en l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) alors qu’il célébrait l’eucharistie.

Plusieurs cérémonies ont rendu hommage jeudi 26 juillet à Jacques Hamel, prêtre catholique assassiné il y a deux ans, dont le procès de béatification est en cours. Lors de l’hommage public à Saint-Étienne-du-Rouvray, quelques personnes ont pris la parole, dont le maire de la ville Joachim Moyse, Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur et Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen. Dans son allocution, ce dernier a salué « la belle personnalité » de Jacques Hamel. Il a également présidé une messe en sa mémoire dans l’église où le père Hamel a été exécuté.

« Voir dans notre quotidien l’essentiel de notre mission »

« Le Père Jacques est plus vivant que jamais ! », a lancé le prélat, avant de reconnaître publiquement le courage de la famille, des autres victimes, et de la paroisse. Sa parole ne se voulait pas un panégyrique de l’homme de paix disparu mais plutôt un appel à la prise de conscience. « L’Évangile de Jésus m’apprend que le mal n’est pas vaincu en fermant les yeux. […] Ce qui sauve, ce n’est ni l’aveuglement ni la fuite, mais le courage de l’affronter avec les armes de l’amour. Et pour aimer, il faut aussi faire la vérité », a-t-il soutenu, invitant la société à s’interroger sur les messages qu’elle transmet à la jeunesse. « Notre pays veut-il simplement promouvoir des libertés individuelles jamais assouvies et sans repères ou bien voudra-t-il donner une direction à ces libertés, une supériorité à des valeurs communes, à l’égalité, à la solidarité, à la fraternité ? », a-t-il questionné avant d’affirmer : « La société s’honore quand elle prend les plus petits comme points de repères ».

La personnalité du père Jacques Hamel, homme d’humilité et de simplicité, montre de façon exemplaire que chacun peut trouver dans sa vie quotidienne l’essentiel de sa mission. L’évêque a choisi de conclure en évoquant le pardon : « Je demande à Dieu que chacun recherche au fond de lui-même le meilleur de son humanité pour encore et encore lutter contre toute forme de mal en choisissant l’amour dont le plus beau nom est celui de “pardon” ».