Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

À Rome, le père Hamel rayonne plus que jamais

Father Jacques Hamel
Antoine Mekary | ALETEIA
Depuis le 15 septembre 2016, le bréviaire du père Jacques Hamel est visible à la basilique Saint-Barthélemy de l'île, à Rome, le mémorial des martyrs des XXe et XXe siècles.
Partager

À Rome, le martyre du père Hamel est dans tous les esprits, en premier lieu celui du pape François.

Le père Jacques Hamel a été « égorgé sur la croix ». Des mots forts mais réalistes, prononcés par le pape François en personne. Car depuis son martyre, le prêtre français a toujours eu une place particulière dans le cœur du successeur de Pierre. C′est ce que ce dernier avait affirmé en mars 2018 à une jeune du diocèse de Rouen qui venait de lui remettre la prière pour la béatification du défunt prêtre. « Je prie pour qu′il devienne saint », avait alors glissé l’Argentin, comme une confidence.

Un procès en béatification rapidement ouvert

Pour l′évêque de Rome, le père Jacques est un véritable martyr, mort en haine de la foi. Et puisque les martyrs sont bienheureux, avait-il rappelé dans une homélie particulièrement solennelle lors d’une messe pour le père Hamel, il est permis de prier cet « homme bon, doux fraternel, qui cherchait toujours à faire la paix ».

Profondément touché, le pape avait autorisé l’ouverture du procès en béatification du père Hamel seulement quelques mois après sa mort. Il faut en effet attendre habituellement cinq ans après la montée au ciel d’un fidèle. Preuve du caractère exceptionnel de cette dérogation : avant le père Hamel, le précédent cas était celui de… Karol Wojtyla.

Si le procès en béatification du père Jacques est maintenant entré dans sa phase la plus importante, comme l′a relevé en mai dernier le quotidien du Vatican, LOsservatore Romano, la démarche reste cependant longue. Les conclusions de l’enquête devraient être envoyées au Vatican d′ici un à deux ans.

Le bréviaire du père Hamel précieusement conservé à Rome

Comme tous les prêtres, Jacques Hamel puisait sa force dans la célébration quotidienne de l’eucharistie mais aussi son bréviaire. Laudes, vêpres, complies… Il avait certainement passé de longues heures à tourner les pages de son livre liturgique qui ne l’avait sans doute pas quitté depuis ses débuts.

Véritable relique du vieux prêtre, ce bréviaire est aujourd’hui précieusement conservé à la basilique Saint-Barthélemy, sur l’île Tibérine, au cœur de Rome. Dans cette église, saint Jean-Paul II avait voulu que l′on fasse mémoire des martyrs des XXème et XXIème siècle. Le serviteur de Dieu normand fait désormais partie cette grande cohorte.

En avril 2017, le pape François s′était lui-même rendu dans cette basilique romaine, pour une cérémonie en mémoire des nouveaux martyrs. Le diable « nous hait et suscite la persécution » car nous avons été sauvés par le Christ, avait-il alors lancé. Avant de longuement serrer dans ses bras la sœur du Père Hamel.

Un prix « Jacques Hamel »

Depuis 2018, un prix honore la mémoire du prêtre martyr : le prix Jacques Hamel récompense en effet un « journalisme de qualité » sur le thème du vivre ensemble et du dialogue interreligieux. Pour cette première édition, le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d′État du Saint-Siège, avait été chargé de le remettre au lauréat.

Le dialogue interreligieux, avait alors souligné le « numéro deux » du Saint-Siège, n′est pas synonyme de compromission. Au contraire, avait-il indiqué, il suppose « le devoir d’identité, le courage de l’altérité et la sincérité des intentions ». Mais également « la prière pour la conversion des personnes qui pervertissent le cœur des jeunes ».

La réaction des catholiques français après l’odieux assassinat n’a laissé personne indifférent par même le président de la République française. Emmanuel Macron lors de sa visite au Vatican, le 26 juin dernier, avait ainsi salué le comportement « exemplaire » des croyants qui ont su ne jamais céder à la tentation du doute et du repli.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]