Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Un cadeau en forme de clin d’œil pour les 5 ans du prince George

PRINCE GEORGE
Andrew Chin I GETTY IMAGES NORTH AMERICA I AFP
Partager

L’aîné du prince William et de Kate Middleton fête son cinquième anniversaire dimanche 22 juillet. Pour l’occasion la Monnaie royale britannique commercialise une pièce à l’effigie de saint Georges, le patron de l’Angleterre.

Un cadeau grandeur royal. Le prince George, aîné des trois enfants du couple William et Kate Middleton, fête ses 5 ans dimanche 22 juillet. À cette occasion, le Royal Mint — la Monnaie royale — commercialise une pièce de 5 livres — l’équivalent de 6 euros — à l’effigie de saint Georges, saint patron de l’Angleterre.

SAINT GEORGES COIN
The Royal Mint

Saint Georges, de l’héroïsme au martyre

Sur la pièce, le saint est représenté aux côtés du dragon qu’il a terrassé selon la légende. Officier romain du IIIe siècle, George est élevé par l’empereur Dioclétien aux premiers grades de l’armée. Un jour, à Silène, dans la province romaine de Libye, le chevalier doit affronter un dragon qui dévore tous les animaux de la contrée et exige des habitants un tribut quotidien de deux personnes tirées aux sort. Comme le rapporte la Légende dorée, écrite par Jacques de Voragine au XIIIe siècle, un jour la fille du roi est choisie. Georges monte alors sur son cheval, se signe de la croix et recommande Dieu avant d’affronter le monstre. De sa lance, il le transperce et sauve la princesse.

Grâce à cet exploit, et alors que le dragon n’est pas mort mais apprivoisé, les habitants de la ville reçoivent le baptême en masse. Craignant toujours la bête, Georges tue par la suite le dragon et traîne le cadavre hors de la cité. Mais les édits de Dioclétien contre les chrétiens condamne Georges au martyre. Livré à d’effroyables supplices, il survit miraculeusement avant d’être décapité le 23 avril 303. C’est à ce jour que l’on fête la Saint-Georges.

Georges, saint patron protecteur

S’il donne son nom à la Géorgie, est déclaré saint patron de l’Éthiopie, de la Bourgogne, des scouts ou des templiers, saint Georges est surtout réputé pour être le saint protecteur de l’Angleterre, dont la croix rouge sur son drapeau blanc lui est dédiée. Par la volonté du roi Édouard III, il remplace saint Édouard le confesseur lors de la création de l’Ordre de la Jarretière — le plus élevé des ordres de chevaliers britanniques —, le 23 avril 1348, jour de la Saint-Georges, en pleine Guerre de Cent ans. Il s’agit, en 2018, du plus ancien ordre de chevalier encore existant en Grande-Bretagne.

La légende de saint Georges et le dragon a été utilisée sur les pièces royales pendant des siècles, selon la monnaie royale, et invoque délibérément le courage et le triomphe du bien sur le mal comme un hommage au prince pour son anniversaire. Sur le verso de la pièce trônera le portrait de l’arrière grand-mère du prince George, la reine Elizabeth II. La pièce, millésimée de l’année 2018, fera partie d’un set annuel appelé The Progress of a Prince.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]