Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Égypte : un musée en hommage aux 21 martyrs coptes

©Tony Rezk
Cette icône de style copte a été réalisée par l’artiste égypto-américain Tony Rezk afin de rendre hommage aux 21 jeunes égyptiens assassinés en février 2015 par des djihadistes de Daesh.
Partager

Un musée à la mémoire des 21 coptes assassinés par l’État islamique en janvier 2015 sur une plage libyenne vient d’ouvrir ses portes en Égypte.

Le 15 février 2015, le monde découvrait avec horreur une vidéo signée par l’État islamique montrant la décapitation de 21 Égyptiens de confession chrétienne copte, kidnappés en Libye. Pour leur rendre hommage un musée vient récemment d’être inauguré par Anba Befnosios, évêque copte-orthodoxe de Samalut, rapporte l’agence Fides.

Se situant tout près de la cathédrale construite pour conserver les restes des 21 martyrs dans le village Al-Our, le musée présente les cercueils utilisés pour le rapatriement de leurs corps, les menottes avec lesquelles ils étaient attachés ainsi que les restes de leurs uniformes oranges. Parmi les objets exposés dans le musée se trouvent également les monnaies qui ont été retrouvées dans leurs poches le jour de leur exécution, leurs chaussures ainsi que des documents d’identité et des livrets de travail.

« Le sceau de leur martyre »

Pour les familles des martyrs il s’agit d’un bel hommage « à la gloire de Dieu, manifesté au travers des martyrs, qui n’ont jamais renié leur foi ». « La vidéo qui montre leur exécution a été construite comme une mise en scène cinématographique terrifiante, dans le but de répandre la terreur, a expliqué Mgr Antonios Aziz Mina, évêque copte catholique émérite de Gizeh, à l’agence Fides. Et pourtant, dans ce produit diabolique de la fiction et de l’horreur sanguinaire, on voit que certains des martyrs, au moment de leur mise à mort barbare, répètent « Seigneur Jésus Christ ». Le nom de Jésus a été le dernier mot qui est venu sur leurs lèvres. Comme dans la passion des premiers martyrs, ils s’en sont remis à Celui qui, peu après, les aurait accueillis. Ils ont ainsi célébré leur victoire, une victoire qu’aucun bourreau ne pourra leur enlever. Ce nom murmuré au dernier instant a été comme le sceau de leur martyre ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]