Les 4 articles les plus partagés

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

La France toute entière célèbre la victoire des Bleus

FRANCE COUPE DU MONDE
Partager

La victoire de l’équipe de France de football en finale de la Coupe du monde face à la Croatie (4-2) a été saluée par le pays tout entier… y compris par certains prêtres qui ont fait sonner les cloches de leurs églises.

Le jour de gloire est arrivé pour les Bleus qui ont gagné dimanche la deuxième Coupe du monde de leur histoire, 20 ans après celle de 1998, en dominant la Croatie 4-2 au bout d’une incroyable finale à Moscou.

A Paris, les Champs-Elysées ont été envahis avant même le coup de sifflet final par une foule en liesse, comme partout en France. Mais cette année, aux klaxons et autres cornes de brumes se sont mêlées dans de nombreuses villes de France le son des cloches des églises. De leur propre chef, plusieurs curés ont souhaité ainsi s’associer à cet évènement heureux. Les cloches ne servent pas seulement à appeler les fidèles pour les offices. Elles servent également à accompagner des événements importants pour la ville ou pour le pays, alors pourquoi pas pour le football.

« J’ai toujours pensé que l’Église accompagnait les joies et les peines des hommes depuis deux mille ans. Pour moi, c’est un petit clin d’œil pour leur dire qu’on est toujours là, aux carrefours de leurs joies et de leurs peines. Au-delà du clin d’œil, j’y vois là une forme de communion » confie à Aleteia le père Amar, curé du groupement paroissial de Limay-Vexin (Yvelines). « Le clocher n’est pas là pour faire joli. J’ai sonné les cloches au moment de l’élection de Benoît XVI puis de François. Je tiens à marquer le coup. Si nous sommes dans la joie, cela ne peut pas être indifférent au Seigneur, même si c’est un feu de paille qui ne dure qu’une soirée ».

A Rennes, à Lille, à Nantes ou dans de nombreuses communes de France, le pays tout entier a finalement été au diapason.

 

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]