Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Rabastens fête les 700 ans de son joyau médiéval

CHURCH NOTRE-DAME DU BOURG
By Pecold | Shutterstock
Partager

Rabastens, petite ville de 5.000 âmes située dans la plaine du Tarn, conserve un patrimoine unique qui en fait sa renommée. En son cœur se cache l'église de Notre-Dame du Bourg, fleuron de l'architecture médiévale au décor exceptionnel.

Notre-Dame du Bourg, classée au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1998 au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle, est née après des années de luttes épouvantables. Le traité de Paris, signé en 1129, met fin à une lutte acharnée entre le roi de France, Louis IX, et le comte de Toulouse et rattache définitivement les pays occitans au domaine royal capétien. C’est dans ce contexte d’apaisement que la construction de Notre-Dame du Bourg est lancée.

CHURCH NOTRE-DAME DU BOURG
By Pecold | Shutterstock

Des fresques médiévales oubliées pendant trois siècles

À l’origine simple prieuré construit sous l’égide de l’abbaye de Moissac, l’église va être agrandie au fil des siècles au point de se transformer en belle bâtisse médiévale. On l’agrémente de beaux décors intérieurs au XIIIe siècle mais ces derniers vont être très rapidement camouflés par de la chaux au XVIe siècle. Pendant trois siècles, ces décors exceptionnels seront totalement oubliés. Au XIXe siècle, ils vont être redécouverts de manière fortuite par un artiste peintre, Joseph Engalière, venu faire quelques travaux de peintures.

Découvrez l’histoire de la construction de Notre-Dame du Bourg en 3D :

Les fresques — qui racontent l’histoire de la vie du Christ et de la région — sont alors totalement dégagées et restaurées durant trois ans. Celles-ci sont époustouflantes : rehaussées d’un rouge vif, elles présentent également des nuances bleutées et dorées chatoyantes. Les visiteurs seront surpris de voir sur les murs des « svastikas », symbole évoquant la croix gammée. Ce motif très ancien, d’origine sacrée, se retrouve dans différentes religions et spiritualités du monde et évoque le mouvement et la vie. Pour compléter les fresques médiévales, de nouvelles peintures — facilement reconnaissables en raison d’un style plus rigide — ont été réalisées au XIXe siècle pour compléter l’ensemble.

CHURCH NOTRE-DAME DU BOURG
By Pecold | Shutterstock

Un chef-d’œuvre en péril

Depuis sa première restauration, aucun chantier de préservation n’a été lancé et de nombreuses parties du décor sont désormais en périls. Une intervention urgente à des fins conservatoires a donc été lancée par la municipalité afin de sauver les fresques de la destruction. Soutenue par la direction régionale des affaires culturelles (DRAC), la mairie a confié à un architecte du patrimoine et une spécialiste de restaurations des peintures murales, un examen minutieux des travaux nécessaires. La première tranche des travaux devrait donc commencer au cours du second semestre 2018. Cet immense chantier sera financé en partie par la mairie — qui fait également appel au mécénat — mais aussi par l’État et les collectivités territoriales.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.