Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

En RDC, l’Église catholique maintient la pression sur Kabila

CONGO KABILA
JOHN WESSELS / AFP
Partager

En République démocratique du Congo (RDC), le comité laïc de coordination (CLC) a lancé ce 7 juillet un nouvel avertissement au président Joseph Kabila. Si la situation n’évolue pas, le CLC envisage une mobilisation de grande ampleur au mois d’août.

En RDC, l’Église catholique se retrouve une nouvelle fois en première ligne. Le comité laïc de coordination (CLC), un comité catholique, a lancé un nouvel avertissement ce samedi 7 juillet au gouvernement. Les membres du CLC suspectent le président Joseph Kabila de vouloir être candidat pour un nouveau mandant en 2018 alors même que la Constitution lui interdit. « Puisque le président Kabila, au pouvoir depuis 2001, élu en 2006, réélu en 2011, en fin de mandat depuis 2016, semble se préparer activement à poser sa candidature pour un troisième ou quatrième mandat en 2018 […] le CLC prévient que, si cet acte est posé de manière effective, le président Kabila aura violé et trahi publiquement son serment constitutionnel », dénonce ainsi le comité.

En conséquence, « la paix et la stabilité du pays, ainsi que de la sous-région, étant menacée », le CLC lancera le 9 août prochain « un appel à la mobilisation générale de toutes les forces vives de la Nation pour ses premières grandes actions qui se tiendront le 12, le 13 et le 14 août 2018 ». Des marches pacifiques sont organisées depuis plusieurs mois dans le pays afin de réclamer l’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre, c’est-à-dire le départ de Joseph Kabila. Signé le 31 décembre 2016 entre le pouvoir et l’opposition, et sous l’égide de l’Église catholique, cet accord prévoyait la tenue d’une élection présidentielle d’ici la fin… 2017. Du côté de la représentation du Saint-Siège dans le pays, le pape François a décidé d’envoyer un prélat diplomate en RDC pour le « règlement » des affaires de la nonciature, a indiqué le Vatican ce 6 juillet. Une rare décision qui intervient dans un contexte de tensions entre le gouvernement de ce pays et l’Église catholique.

Tags:
congordc
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]