Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Mexique : un manuel de sécurité distribué à tout le clergé

Funérailles du père Iván Añorve Jaimes, le 7 février 2018, au Mexique
Partager

Face au nombre croissant d’attaques contre les hommes d’Église, la Conférence épiscopale mexicaine a rédigé un manuel inédit de recommandations pour aider prêtres et laïcs à se protéger.

Au Mexique, l’Église est en première ligne contre la drogue et les narcotrafiquants et doit faire face à des attaques régulières contre les membres du clergé. Aussi l’épiscopat mexicaine a élaboré un véritable « Protocole pour la sécurité » du clergé et des laïcs engagés et menacés par la violence. Ce manuel s’adresse à l’ensemble de la communauté catholique, mais surtout aux « prêtres, religieux, directeurs d’instituts, d’écoles, de couvents ou de tout autre espace religieux : paroisses, chapelles, bureaux, séminaires… », particulièrement exposés aux risques d’attaques.

Rien que dans l’État de Guerrero, dans le sud du pays où se trouvent les champs de pavot et de marijuana, pas moins de six prêtres ont été tués ces dernières années, dont trois rien qu’en avril dernier. Au total, 26 prêtres ont été assassinés dans tout le pays depuis 2012. Sans compter tous ceux qui sont portés disparus et ceux qui ont subi des tentatives d’enlèvement.

Selon le père Omar Sotelos, auteur d’un rapport sur la violence qui touche l’Église au Mexique, relayé par l’agence Fides, le Mexique était en 2017, le pays le plus dangereux au monde pour exercer un sacerdoce. Cette situation a fait chuter le nombre de vocations dans les zones dites « à risque ». Le séminaire de Ciudad Altamirano par exemple, dans le Guerrero, ne compte plus que 19 séminaristes, alors qu’il y a moins de dix ans, ils étaient plus de quarante.

38 pages de recommandations

Le manuel publié par l’Église mexicaine — un texte de près de 38 pages — offre des recommandations détaillées sur les procédures à suivre à la fois pour prévenir la violence et l’agression et pour y faire face lorsqu’elles se produisent. Cela va des précautions à prendre sur le plan personnel, comme éviter les gestes de routine, fouiller son véhicule avant de monter dedans, avoir toujours son portable et un chargeur à portée de main… jusqu’à des conseils en cas de vols ou d’enlèvements : ne pas prendre de risques inutiles, ne pas perdre son calme, et « dans la mesure du possible et sans risquer son intégrité », enregistrer, capter des informations ou des détails entendus pendant la séquestration. Le document se base sur l’expérience de nombreux prêtres et évêques en matière de « construction de la paix, de dialogue, de médiation et de procédures de sécurité »,

À voir maintenant si les choses ne vont pas changer avec l’arrivée d’Andrés Manuel Lopez Obrador, élu président du Mexique le 1er juillet. Le président mexicain a déjà annoncé son intention d’inviter le pape François, ainsi que des dirigeants religieux, des responsables d’organisations de défense des droits de l’homme et l’ONU, pour discuter d’une stratégie de paix qui puisse mettre un terme à cette violence du crime qui a déjà fait plus de 200 000 morts depuis 2006.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.