Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Hildegarde de Bingen : « Si quelqu’un souffre d’un excès d’humeurs qu’il fasse cuire de la sauge »

Partager

Aux côtés de ses enseignements spirituels, Hildegarde de Bingen, religieuse bénédictine allemande du XIIe siècle, docteur de l'Église, a rédigé des ouvrages de médecine et de botanique inspirés par ses visions.

Son nom est déjà un certificat d’efficacité car il vient du verbe latin salvare, qui n’est autre que sauver ou guérir. Selon sainte Hildegarde « celui qui souffre de rhumatismes ou est un peu paralysé, qu’il fasse cuire la sauge dans de l’eau et les humeurs et le flegme diminueront en lui. »

Cultivée dans les jardins monastiques

Méditerranéenne, la sauge était une des plantes médicinales les plus utilisées dans l’Antiquité et au Moyen Âge. Elle s’est répandue dans toute l’Europe du Nord et de l’Est grâce aux Bénédictins qui la cultivaient dans les jardins des monastères. Louis XIV en avait même fait sa tisane de prédilection et en servait à tout propos.

Cette plante régularise, selon sainte Hildegarde, l’ensemble des humeurs car elle pourvoit aux « boni humores » dans le sang, dans « la lymphe et dans les glandes hormonales, dans lesquelles les humeurs se forment ».

La sauge fait ainsi disparaître les trois humeurs génératrices de maladies : Mali humores (mauvaises humeurs provoquées par des erreurs alimentaires comme l’ingestion d’aliments crus ou une suralimentation) ; Noxii humores (humeurs nocives par suite de dérèglements hormonaux) et Infirmi humores (humeurs dues aux maladies infectieuses ou des toxines).

Elle soigne la dépression

Comme le romarin et la mélisse, la sauge officinale est antispasmodique. Elle soigne les troubles nerveux. Cette plante est ainsi utilisée pour les états dépressifs et les neurasthénies. La sauge a également un effet très bénéfique sur le système hormonal féminin.

En cuisine, la sauge au goût puissant et élégant, est souvent utilisée pour parfumer la cuisson des légumes, viandes et bouillons. Avec son caractère affirmé, la sauge doit être utilisée seule.

Découvrez 10 remèdes pour le corps et pour l’âme en cliquant sur le diaporama

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.