Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Ces expressions qui ont une origine biblique : « Boire le calice jusqu’à la lie »

MASS EUCHARIST
Pascal Deloche I Godong
Partager

Découvrez ces expressions que nous utilisons depuis notre plus jeune âge. Certaines ont tellement imprégné notre culture qu’on ne soupçonne pas qu’elles puissent avoir une origine biblique.

Boire le calice jusqu’à la lie

Si vous êtes férus d’œnologie, vous connaissez peut-être la différence entre dépôt et lie : ces deux termes définissent les mêmes matières solides naturelles qui se forment à la fin de la fermentation du vin, mais on parle de lie lorsque le vin est en cuve ou en fût et de dépôt lorsqu’il est en bouteille.

Une nuance qui n’empêchera pas les amateurs d’apprécier une bonne bouteille ! Et « boire jusqu’à la lie » une bouteille (en fait jusqu’au dépôt !), signifie que celle-ci a été bue jusqu’à la dernière goutte.

L’expression « boire le calice jusqu’à la lie »revêt par contre un tout autre sens, sans aucune notion de plaisir ou de convivialité. La locution, qui s’est imposée dans le langage courant au XVIIe siècle, signifie endurer une épreuve pénible ou des souffrances jusqu’au bout, sans répit. Elle trouve son origine dans le Nouveau Testament.

On serait tenté de penser que, dans l’expression, le calice (qui désigne aujourd’hui la coupe sacrée dans laquelle est consacré le vin à la messe) fait référence à la coupe utilisée par Jésus lors de son dernier repas, mais ce n’est pas le cas. L’épisode à l’origine de l’expression n’est cependant pas très éloigné de celui de la Cène.

Une nuit de solitude, de tourment et de prière

Après ce dernier repas, Jésus se rend avec les apôtres dans le jardin des Oliviers, aussi appelé Gethsémani (en araméen : pressoir à huile). Là, envahi par la tristesse et l’angoisse, il s’isole pour prier :

Père, si tu le veux, éloigne de moi cette coupe ; cependant, que soit faite non pas ma volonté, mais la tienne.  (Luc 22, 42)

Saint Marc et saint Matthieu rapportent le même épisode (Mc 14, 36 et Mt 26, 39). Ce passage met en avant un Christ très humain, en proie à des sentiments forts : solitude (les disciples se sont tous endormis, le laissant seul), anxiété, tourment, saint Luc parle même « d’agonie » et de sueur « comme des gouttes de sang » (Luc 22, 44). Mais, bien que sachant ce qui l’attend, Jésus manifeste sa confiance en Dieu en se soumettant à sa volonté. En acceptant la coupe, Il accomplit sa mission et va au bout de son épreuve, Il boit le calice des souffrances et des péchés du monde jusqu’à la lie. Dans l’Évangile de saint Luc apparaît un ange pour réconforter Jésus, abandonné de tous. Blaise Pascal écrira à ce sujet : « Jésus est dans un jardin non de délices, comme le premier Adam où il se perdit et tout le genre humain ; mais dans un jardin de supplices où il s’est sauvé et tout le genre humain. »

Le calice (ou la coupe) est également cité à plusieurs reprises dans l’Ancien Testament (livres de Jérémie et d’Isaïe) et dans le livre des Psaumes. Il symbolise alors la colère de Dieu et son châtiment :

Le Seigneur tient en main une coupe où fermente un vin capiteux ; il le verse, et tous les impies de la terre le boiront jusqu’à la lie. (Ps 74, 9)

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]