Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Vous déménagez ? Six astuces pour s’acclimater à son nouveau quartier

MOVING COUPLE
Partager

Qu'il soit le fruit d'une mutation professionnelle ou d'un nouveau choix de vie, déménager provoque de nombreux bouleversements pour un foyer. Et plus encore quand il s'agit de s'adapter à une nouvelle ville. Voici quelques astuces pour atterrir sereinement et retrouver un semblant de vie sociale.

Que ce soit le troisième, le dixième ou le premier de votre vie, un déménagement est toujours un évènement qui fait naître de multiples émotions : tristesse des séparations, accompagnée d’une appréhension liée à l’inconnu, anxiété du déménagement en lui-même, en même temps qu’un certain enthousiasme à l’idée de faire de nouvelles rencontres et de commencer une nouvelle vie. Tout le monde souhaite alors aux nomades de « faire leur trou » dans leur nouvelle contrée. Mais pas évident lorsqu’on n’est pas de la famille des lapins ou des rongeurs ! Voici quelques pistes pour creuser son réseau et ouvrir la voie à de nouvelles amitiés.

Les amis d’amis, un premier contact

On a tous quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un qui, chose incroyable, habite là où vous allez atterrir d’ici quelques mois ! Ces précieuses informations ne sont pas à négliger. Car passer un coup de fil à cette amie d’amie pour poser quelques questions sur le quartier, les écoles, les médecins, permet d’anticiper au mieux son déménagement et de se projeter dans sa future vie. Et qui sait ? Si cette amie d’amie est accueillante, elle vous fera découvrir les pépites de la région et vous proposera d’intégrer le conseil de quartier, la prière des mères ou le café hebdomadaire !

L’école, haut lieu d’intégration sociale

Faire le pied de grue devant l’école, tout en discutant de la dernière interro de mathématiques, bien trop dure pour ces pauvres petites têtes blondes, ou de la prochaine sortie scolaire, nécessairement, ça crée des liens. Si en plus, vous vous investissez dans l’association des parents d’élèves ou si vous invitez le petit copain de votre fils un samedi après-midi, vous êtes sûr de remporter la palme du parent sympa et engagé. Parents d’enfants du même âge et fréquentant la même école, vous avez d’indéniables points communs qui vous unissent, engendrant, au début, de banales discussions sur la météo et la maîtresse, mais qui peuvent être la source d’une profonde amitié intergénérationnelle. Ceci ne concernant que les parents dont les enfants sont en primaire, il reste fort heureusement d’autres lieux pour rencontrer des gens et créer du lien.

Les activités extra-professionnelles, fédératrices

Si vous voulez rencontrer du monde, c’est le moment de vous remettre à la danse ou de vous inscrire au club de tennis ! Qu’elles soient sportives, manuelles, associatives, ou bénévoles, les activités extra-professionnelles vous font rencontrer des personnes qui partagent les mêmes centres d’intérêt que vous, les mêmes valeurs, autour d’un projet commun. Quoi de plus fédérateur ? En plus de passer un bon moment, vous commencez dès lors à « faire votre trou ».

Se présenter à ses voisins

Réflexe de politesse, faire connaissance avec ses voisins est également un moyen facile de rencontrer de nouvelles personnes. N’hésitez pas à aller de porte en porte vous présenter après votre installation. Pourquoi ne pas organiser chez vous un apéritif et y convier vos voisins ? Cela vous permettra de découvrir de nouvelles têtes et marquera peut-être le début d’une nouvelle amitié avec certains d’entre eux.

S’engager au sein de la paroisse

Certains diront qu’ils ont tenté de s’intégrer au travers de la paroisse mais que cette dernière n’a pas su les accueillir. C’est vrai, toutes les paroisses ne sont pas également bienveillantes vis-à-vis des nouvelles têtes. Question d’habitude et de typologie de paroisses : certaines sont tellement fréquentées qu’il est difficile de repérer des nouveaux paroissiens, d’autres le sont si peu qu’elles n’en ont plus l’habitude. Donc ce n’est pas en allant à la messe que nécessairement, vous allez vous faire des amis. En revanche, si vous vous engagez au sein de votre paroisse, vous aurez plus de chance ! Quelles que soient votre assiduité, votre foi ou vos compétences, il y a forcément un « poste » qui a besoin de vous. Cela va du pliage des feuilles de messe à la chorale du dimanche, de l’équipe de préparation baptême à celle du conseil économique.

Adopter une attitude ouverte et proactive

Si vous gardez un visage fermé lorsqu’on vous sourit, si vous n’acceptez aucune invitation, si vous ne répondez que par un hochement de tête quand on vous adresse la parole, alors votre interlocuteur se lassera et conclura que vous n’avez aucunement envie de vous intégrer. Alors souriez, acquiescez, acceptez avec joie tous les signes d’accueil que vous percevez. Et si décidément cette ville se révèle fermée, froide, voire carrément hostile, prenez les devants pour briser la glace : invitez les gens, proposez de nouvelles initiatives, lancez de nouvelles idées, et le reste suivra !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.