Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 06 décembre |
Saint Nicolas de Myre
home iconSpiritualité
line break icon

Coupe du monde : peut-on prier pour que la France gagne ?

MBAPPÉ GOAL

Sven Simon I DPA

Kylian Mbappé lors de la Coupe du monde 2018. À la 64ème minute, il marque un but qui donne l'avantage aux Français face aux Argentins.

Domitille Farret d'Astiès - Publié le 02/07/18

La France affronte la Croatie en finale de la Coupe du Monde ce dimanche 15 juillet. Croyants ou non, supporters et joueurs sont parfois tentés de glisser une petite prière à l'intention de leur équipe préférée. Mais finalement, peut-on légitimement prier pour que son équipe gagne ?

Avec ce France-Croatie, l’impatience et l’excitation gagnent même les moins footeux des Français qui redécouvrent soudain une attraction pour le ballon rond qui s’était évaporée. Croyant ou non, l’aficionado bouillonne. Et se pose alors la question suivante : est-il de bon ton de prier pour que son équipe favorite gagne ?

Le père Luiz Camilo Júnior, missionnaire rédemptoriste, explique que la prière n’est pas une attitude du cœur qui consisterait à attendre que Dieu se plie à notre volonté et cède à nos caprices. Prier, c’est d’abord se rendre disponible pour que la volonté du Seigneur se réalise dans nos vies. À l’image de la prière de Marie, qui a dit avec confiance à l’ange venu la visiter : « Que tout m’advienne selon ta parole » (Luc 1, 38). Réduire sa prière à un résultat de match de football, ne serait-ce pas minimiser sensiblement l’action que Dieu peut déployer dans sa vie ? Dieu ne prend pas parti, mais comme un père, il est attentif à ce qui est fondamental dans la vie de ses enfants. La prière devrait être axée non seulement sur le bien de celui qui prie, mais sur le bien de son prochain. Si ce qui lui fait du bien blesse l’autre, alors ce n’est pas la prière qui touche le cœur de Dieu, explique le père Luiz Camilo Júnior.


ST LUIGI SCROSOPPI

Lire aussi :
Connaissez-vous le saint patron des footballeurs ?

« Dieu n’en a rien à cirer de savoir qui gagne »

Ce qui n’empêche pas de prier, bien au contraire, mais en réajustant sa prière. Le père René-Luc, fondateur avec Mgr Carré de CapMissio, l’école d’évangélisation de Montpellier, a beaucoup joué en club de foot, notamment comme prêtre dans un club de quatrième division. « Je pense que Dieu n’en a rien à cirer de savoir qui gagne », lance-t-il sans ambages. Il explique avec humour que dans son agenda de pasteur bien rempli, les matchs de l’équipe de France sont notés… un an à l’avance. Mieux vaut prévenir que guérir. « Le foot, ce sont de belles valeurs. La bonne question à se poser, c’est celle-ci : “qu’on soit joueur ou supporter, comment vivre en bon chrétien les émotions que suscite le sport ?”. On peut naturellement être déprimé ou surexcité par un résultat, mais ce qui est central, c’est la façon dont on va relativiser. Je pense que le Bon Dieu ne se mêle de foot en aucun cas, mais il prend part aux valeurs que le foot transmet. Si je perds, ce n’est pas une catastrophe. Et si je gagne, au lieu d’écraser l’adversaire, je peux le consoler par rapport à ce qu’il a perdu ».

Vivre les valeurs évangéliques en pratiquant le sport

Et le pasteur « footeux » d’enchaîner en évoquant la troisième mi-temps, ce temps festif à la sortie du match où les joueurs font bonne chère ensemble. « L’attitude non-chrétienne, c’est de rester entre soi et de ne pas aller vers les autres », déclare-t-il. Car si sur le terrain les joueurs sont des adversaires, à l’extérieur, ils peuvent avoir une relation d’amis.


FANS OF BRAZIL

Lire aussi :
Coupe du monde : une grande messe universelle ?

Comme aficionado, on peut très bien soutenir une équipe avec ardeur tout en restant chrétien dans ses commentaires. « Je suis déçu que certains dénigrent le foot, comme si c’était les jeux du cirque d’aujourd’hui. Il n’y a pas beaucoup de sports qui rejoignent autant toutes les couches de la société. C’est très très populaire et il y a quelque chose de beau dont le pape François s’est fait l’écho, insiste ce passionné du ballon rond. « La passion du foot peut nous amener à avoir une attitude non-chrétienne. Il faut que cela reste un jeu. Les valeurs du sport sont énormes. On parle souvent de l’argent roi et de l’orgueil, mais il y a aussi le partage, l’amitié, la solidarité ». À Dieu vat.




Lire aussi :
Comment passe-t-on de joueur dans le plus grand club de foot du monde à prêtre ?

Cliquez ici pour découvrir le10 stars du football qui affichent volontiers leur foi :

Tags:
Football
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
La rédaction d'Aleteia
Benoît XVI : "Le Seigneur m’a retiré la parol...
EMMANUEL MACRON
Henri Quantin
Les catholiques sont des "citoyens exemplaire...
groupe de louange
La rédaction d'Aleteia
Humour : et vous, "parlez-vous le catholique"...
Matteo Farina; Chiara Badano, Carlo Acutis
Marzena Devoud
Ils n'ont pas attendu d'être adulte pour être...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement