Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Coupe du monde : peut-on prier pour que la France gagne ?

MBAPPÉ GOAL
Sven Simon I DPA
Kylian Mbappé lors de la Coupe du monde 2018. À la 64ème minute, il marque un but qui donne l'avantage aux Français face aux Argentins.
Partager

La France affronte la Croatie en finale de la Coupe du Monde ce dimanche 15 juillet. Croyants ou non, supporters et joueurs sont parfois tentés de glisser une petite prière à l'intention de leur équipe préférée. Mais finalement, peut-on légitimement prier pour que son équipe gagne ?

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Avec ce France-Croatie, l’impatience et l’excitation gagnent même les moins footeux des Français qui redécouvrent soudain une attraction pour le ballon rond qui s’était évaporée. Croyant ou non, l’aficionado bouillonne. Et se pose alors la question suivante : est-il de bon ton de prier pour que son équipe favorite gagne ?

Le père Luiz Camilo Júnior, missionnaire rédemptoriste, explique que la prière n’est pas une attitude du cœur qui consisterait à attendre que Dieu se plie à notre volonté et cède à nos caprices. Prier, c’est d’abord se rendre disponible pour que la volonté du Seigneur se réalise dans nos vies. À l’image de la prière de Marie, qui a dit avec confiance à l’ange venu la visiter : « Que tout m’advienne selon ta parole » (Luc 1, 38). Réduire sa prière à un résultat de match de football, ne serait-ce pas minimiser sensiblement l’action que Dieu peut déployer dans sa vie ? Dieu ne prend pas parti, mais comme un père, il est attentif à ce qui est fondamental dans la vie de ses enfants. La prière devrait être axée non seulement sur le bien de celui qui prie, mais sur le bien de son prochain. Si ce qui lui fait du bien blesse l’autre, alors ce n’est pas la prière qui touche le cœur de Dieu, explique le père Luiz Camilo Júnior.

« Dieu n’en a rien à cirer de savoir qui gagne »

Ce qui n’empêche pas de prier, bien au contraire, mais en réajustant sa prière. Le père René-Luc, fondateur avec Mgr Carré de CapMissio, l’école d’évangélisation de Montpellier, a beaucoup joué en club de foot, notamment comme prêtre dans un club de quatrième division. « Je pense que Dieu n’en a rien à cirer de savoir qui gagne », lance-t-il sans ambages. Il explique avec humour que dans son agenda de pasteur bien rempli, les matchs de l’équipe de France sont notés… un an à l’avance. Mieux vaut prévenir que guérir. « Le foot, ce sont de belles valeurs. La bonne question à se poser, c’est celle-ci : “qu’on soit joueur ou supporter, comment vivre en bon chrétien les émotions que suscite le sport ?”. On peut naturellement être déprimé ou surexcité par un résultat, mais ce qui est central, c’est la façon dont on va relativiser. Je pense que le Bon Dieu ne se mêle de foot en aucun cas, mais il prend part aux valeurs que le foot transmet. Si je perds, ce n’est pas une catastrophe. Et si je gagne, au lieu d’écraser l’adversaire, je peux le consoler par rapport à ce qu’il a perdu ».

Vivre les valeurs évangéliques en pratiquant le sport

Et le pasteur « footeux » d’enchaîner en évoquant la troisième mi-temps, ce temps festif à la sortie du match où les joueurs font bonne chère ensemble. « L’attitude non-chrétienne, c’est de rester entre soi et de ne pas aller vers les autres », déclare-t-il. Car si sur le terrain les joueurs sont des adversaires, à l’extérieur, ils peuvent avoir une relation d’amis.

Comme aficionado, on peut très bien soutenir une équipe avec ardeur tout en restant chrétien dans ses commentaires. « Je suis déçu que certains dénigrent le foot, comme si c’était les jeux du cirque d’aujourd’hui. Il n’y a pas beaucoup de sports qui rejoignent autant toutes les couches de la société. C’est très très populaire et il y a quelque chose de beau dont le pape François s’est fait l’écho, insiste ce passionné du ballon rond. « La passion du foot peut nous amener à avoir une attitude non-chrétienne. Il faut que cela reste un jeu. Les valeurs du sport sont énormes. On parle souvent de l’argent roi et de l’orgueil, mais il y a aussi le partage, l’amitié, la solidarité ». À Dieu vat.

Cliquez ici pour découvrir le10 stars du football qui affichent volontiers leur foi :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.