Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Six conseils pour manager avec humour

MEETING ROOM
By nd3000 | Shutterstock
Partager

Pour fédérer une équipe autour d’une action commune, rien de tel qu’une bonne dose d’humour, de bon aloi et bien ajustée.

Blagueur, le président de la SNCF Guillaume Pepy menace parfois ses collaborateurs en leur disant : « Si vous vous ennuyez, je démissionne. » On attribue à Clémenceau ce trait d’humour valorisant la prise de décision participative : « Pour prendre une décision, il faut être un nombre impair de personnes, et trois c’est déjà trop. » En 2012, une enquête britannique démontrait qu’aux yeux des salariés, l’humour du chef est plus apprécié que la franchise, la confiance et le respect. Trois ans plus tard, une autre enquête d’Opinionway montre que près de 90 % des Français considèrent l’humour « essentiel » à la vie en société, qu’il rend la vie plus agréable, permet de prendre du recul et d’exprimer des choses difficiles, notamment des injustices.

Bon et mauvais humour

Parce qu’il demande du talent et du discernement, on ne parle pas souvent de l’humour dans les organisations. Il mérite pourtant toute notre attention, tant on lui attribue des vertus positives : il génère un « rafraîchissement mental » (Fry 2002), remet en cause les comportements absurdes, diminue le stress, suscite de la complicité dans une équipe, crée un sentiment de bien-être, dédramatise les situations anxiogènes, permet une prise de recul, suscite l’entente mutuelle… La liste de ses bienfaits est longue.

Mais l’humour n’est pas toujours positif : il peut blesser, dévaloriser un collègue, créer de l’inimitié, éviter une réponse franche en proposant une pirouette, déconcentrer de son objectif : l’humour demande à être manié avec modération et justesse. Et vous, quel humour pratiquez-vous ? L’humour du manager, c’est tout un art :

Restez naturel, sans ironie

Premier point, rester naturel. On n’est pas obligé de faire rire pour bien manager. On peut se contenter d’aimer rire, d’être chaleureux ou disposé à des moments de détente. L’humour est d’autant plus efficace qu’il est naturel. Un flop peut créer un sentiment de cuisant échec. Rire franchement, c’est se lâcher, montrer qu’on est capable de se laisser surprendre de façon positive. Immanquablement cela crée du lien.

Préférer l’autodérision à l’ironie qui blesse. « Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille », disait Napoléon. L’ennui avec l’autodérision chez un manager, c’est qu’on peut en rester à une dévalorisation sympathique et consentie avec le sourire. Or le manager doit d’abord rassembler ; s’il peut montrer qu’il n’est pas le prisonnier de sa propre image, il doit surtout fédérer autour de l’action commune. L’autodérision ne détruit pas l’autorité, elle la sert au contraire à partir du moment où chacun ne perd pas de vue qu’une dévalorisation personnelle et comique sert une valorisation commune essentielle. C’est le sens de la petite phrase de Guillaume Pepy.

Prendre les choses du bon côté

Combattre l’excès de sérieux. Le travail le plus concentré appelle des moments de respiration, le stress a besoin de se décharger, et ceux qui ont avalé leur parapluie sont ridiculement déconnectés de la réalité. Il faut oser rire, sans en abuser. Oser rire libère l’énergie, ainsi que la créativité, le désir et le sens du défi.

Décider de rire. Lionel Belenger raconte qu’un patron aussi froid en apparence que Didier Lombard à la tête de France Télécom, avait l’habitude de se réjouir lorsqu’il entendait une sonnerie de portable en pleine réunion : « L’argent rentre !  », clamait-il à haute voix. On n’a pas nécessairement ce sens de l’humour en situation, mais tout le monde peut décider de prendre les choses du bon côté. Une composante drôle peut être décryptée en toute situation, même la plus agaçante (le téléphone portable en réunion) ou même dramatique. Rappelons-nous Woody Allen dramatiquement drôle : « Confier la terre aux humains c’est comme confier un Western à Woody Allen. »

Pas de complexe

Cultiver son humour. Les répliques de Winston Churchill, les sketchs de Raymond Devos, les films de Woody Allen, la verve de Desproges, les dialogues de Michel Audiard… sont autant de monuments du rire. Il y en a pour tous les goûts. L’humour est éminemment culturel, l’humour anglais et l’esprit français ont leurs caractéristiques. La proximité de ces œuvres est un remède à la morosité ambiante, une source d’inspiration remarquable, dont l’un des fruits les plus excellents est le combat contre la tentation du désespoir. Churchill luttait contre son black dog (dépression).

Oser. Si vous avez raconté une histoire drôle lors de votre exposé stratégique, et que vous rencontrez un silence cruel, osez une seconde chance. Dites : « C’est dommage que vous n’ayez pas trouvé cela drôle, c’était le seul passage amusant de mon exposé. »

Alors, lâchez-vous et bonne chance !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.