Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 12 avril |
Saint Jules Ier
home iconAu quotidien
line break icon

Pourquoi le nombre d’arrêts de travail ne cesse d’augmenter

Médecin, illustration © Syda Productions/Shutterstock

Domitille Farret d'Astiès - Publié le 30/06/18

Depuis 2014, les dépenses liées aux IJ (indemnités journalières) sont en hausse constante.

D’après le dernier communiqué des dépenses de l’Assurance maladie, les dépenses liées aux IJ (indemnités journalières) auraient augmenté de 3,7% en 2015, 4,6% en 2016 et 4,4% en 2017. Le mouvement semble même s’accélérer en 2018 puisque, de janvier à mai, on note une hausse de 5,7%.

Alors que l’Assurance maladie a publié le 28 juin différentes propositions portant sur l’évolution des dépenses et les pistes d’économies à réaliser pour 2019, le nombre d’arrêt de travail qui est un indicateur financier pour certains est aussi un indicateur du bien être des actifs. Or, selon Le Figaro, la hausse des arrêts de travail s’explique par deux tendances lourdes qui sont à l’oeuvre : le recul de l’âge de départ en retraite et l’accroissement des burn-out.


WOMAN COFFEE

Lire aussi :
Du burn-out au « slow business » : l’urgence de ralentir

En effet, en 2010, la réforme des retraites avait fait reculer l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans. Or, avec les facteurs de l’âge, la probabilité d’un arrêt de travail et la durée dudit arrêt deviennent plus importantes. Il est à noter que la durée moyenne d’un arrêt indemnisé est de 76 jours pour les 60 ans et plus, et de 35 jours seulement pour l’ensemble de la population (données de l’année 2016).

Deux facteurs principaux : l’âge de la retraite et la multiplication des burn out

On reproche à certains médecins d’être laxistes et de délivrer trop facilement ces arrêts de travail. Ils s’en défendent, invoquant la montée des burn-out, véritable mal du siècle, auquel ils tentent d’apporter une réponse en délivrant des arrêts maladie afin de protéger leurs patients. Ce syndrome d’épuisement au travail avait déjà été étudié dans les années 1970 par les chercheurs américains Christina Maslach et Michael Leiter qui le décrivaient comme « une souffrance qui se renforce progressivement et continûment, aspirant le sujet dans une spirale descendante dont il est difficile de s’extraire ». Un mal qui représente aujourd’hui un vrai danger dans la société.

Tags:
santétravail
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Agnès Pinard Legry
Non-respect des mesures sanitaires : le diocèse de Paris ouvre un...
2
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
3
Attentat Indonésie
Agnès Pinard Legry
Attaque de la cathédrale de Makassar : le geste héroïque de Kosma...
4
WEB2-CONVERSION-SYRIE-SAINT-CHARBEL-Nadine-Sayegh.jpg
Nadine Sayegh
Témoignages : ces musulmans syriens convertis au christianisme
5
Agnès Pinard Legry
Une proposition de loi sur l’euthanasie, ultime ligne rouge éthiq...
6
Mathilde de Robien
Confinement, épreuve, traumatisme… comment favoriser la résilienc...
7
VISITING GRAVE
Mathilde de Robien
Perte d’un enfant : comment garder une mémoire « juste » ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement