Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pourquoi le nombre d’arrêts de travail ne cesse d’augmenter

Médecin, illustration © Syda Productions/Shutterstock
Partager

Depuis 2014, les dépenses liées aux IJ (indemnités journalières) sont en hausse constante.

D’après le dernier communiqué des dépenses de l’Assurance maladie, les dépenses liées aux IJ (indemnités journalières) auraient augmenté de 3,7% en 2015, 4,6% en 2016 et 4,4% en 2017. Le mouvement semble même s’accélérer en 2018 puisque, de janvier à mai, on note une hausse de 5,7%.

Alors que l’Assurance maladie a publié le 28 juin différentes propositions portant sur l’évolution des dépenses et les pistes d’économies à réaliser pour 2019, le nombre d’arrêt de travail qui est un indicateur financier pour certains est aussi un indicateur du bien être des actifs. Or, selon Le Figaro, la hausse des arrêts de travail s’explique par deux tendances lourdes qui sont à l’oeuvre : le recul de l’âge de départ en retraite et l’accroissement des burn-out.

En effet, en 2010, la réforme des retraites avait fait reculer l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans. Or, avec les facteurs de l’âge, la probabilité d’un arrêt de travail et la durée dudit arrêt deviennent plus importantes. Il est à noter que la durée moyenne d’un arrêt indemnisé est de 76 jours pour les 60 ans et plus, et de 35 jours seulement pour l’ensemble de la population (données de l’année 2016).

Deux facteurs principaux : l’âge de la retraite et la multiplication des burn out

On reproche à certains médecins d’être laxistes et de délivrer trop facilement ces arrêts de travail. Ils s’en défendent, invoquant la montée des burn-out, véritable mal du siècle, auquel ils tentent d’apporter une réponse en délivrant des arrêts maladie afin de protéger leurs patients. Ce syndrome d’épuisement au travail avait déjà été étudié dans les années 1970 par les chercheurs américains Christina Maslach et Michael Leiter qui le décrivaient comme « une souffrance qui se renforce progressivement et continûment, aspirant le sujet dans une spirale descendante dont il est difficile de s’extraire ». Un mal qui représente aujourd’hui un vrai danger dans la société.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]