Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 24 septembre |
Saint Silouane
Aleteia logo
For Her
separateurCreated with Sketch.

Dix conseils anti-stress pour un mariage heureux

panna młoda w samochodzie przytula wiązankę ślubną do twarzy

popovartem.com | Shutterstock

Mathilde Dugueyt - publié le 28/06/18 - mis à jour le 11/07/22

Même s’il est le plus beau jour de toute une vie, le mariage est synonyme de stress et d’inquiétude pour le couple. Avec beaucoup de choses à gérer et une pression intense, pas simple de profiter au mieux de sa journée. Quelques conseils clés pour lâcher-prise avant et pendant le mariage.

À quelques semaines ou quelques jours du mariage, le couple est bercé par des sentiments contradictoires. « Deux choses se mélangent au fond d’eux : de l’impatience mêlée à de l’appréhension, témoigne Pascale Morinière qui prépare des couples au mariage à la paroisse de Neauphle Pontchartrain, dans les Yvelines. Les futurs mariés attendent avec hâte que ce moment se concrétise et en même temps, ils savent qu’un mariage change la vie. Un stress qui est renforcé par une multitude de petites questions matérielles. »

Cette inquiétude peut devenir omniprésente, et, dans certains cas, assombrir une si belle journée. « À force d’accumuler des tensions et d’avoir mille questions en tête, j’étais épuisée physiquement et nerveusement le jour du mariage, témoigne Maud. Au point d’aller me coucher avant tout le monde et de ne pas profiter de toute la soirée… ». Avant d’arriver à des extrêmes et de se laisser envahir par un état d’esprit négatif, certains conseils permettent de gérer au mieux. Pascale Morinière, aussi présidente des Associations familiales catholiques (AFC), et le père Denis Metzinger, vicaire épiscopal pour la Pastorale Familiale de Paris, partagent leurs conseils afin de réduire le stress et d’être dans les meilleures conditions pour vivre pleinement son mariage.

1Simplifier pour aller à l’essentiel

À vouloir bien faire, les couples ont tendance à se donner beaucoup de mal pour un événement qu’ils souhaitent parfait. « Le mariage est une super production au sens où on va se donner à voir, analyse la présidente des AFC. Le couple étant à la fois acteur, producteur, metteur en scène, régisseur, etc… Tous ces rôles sont très lourds à porter. D’autant que les mariages aujourd’hui sont censés compiler toutes les plus belles idées, repérées à droite à gauche. On a tendance à oublier qu’un mariage doit nous ressembler avant tout. »
Réduire un peu la liste des invités, simplifier la décoration ou décommander le lâcher de colombes… Autant de façons de se recentrer sur l’essentiel. « Quel est le cœur de ce qu’on vit ?, interroge Pascale Morinière. Avec moins de superflus, l’organisation est plus facile, plus souple et le budget diminue aussi. On se prépare à un sacrement, ce n’est pas un show ! ».

2Décrocher les jours qui précédent le mariage

Au fur et à mesure que la date approche, le stress augmente. Afin d’éviter au couple de subir un pic juste avant le jour J, une petite escapade est conseillée. « Je cherche à les apaiser en les encourageant à décrocher dans les jours qui précédent le mariage, indique le père Denis Metzinger. Prendre un temps d’intériorisation et accepter de s’abandonner. À la campagne ou dans une abbaye, c’est fondamental qu’ils s’éloignent de leurs familles pour avoir de la distance et vivre l’instant présent. C’est l’occasion pour eux de se remémorer les instants clés et de se dire les choses essentielles. »

Un passage nécessaire pour profiter de la journée, à condition d’avoir bien géré les différentes étapes ou besoins au préalable. « Avec une bonne organisation, le couple ne devrait presque plus rien avoir à faire en dernière minute, note Pascale Morinière. S’ils ne partent pas se retirer quelque part, ils peuvent se retrouver tous les deux et relire les échanges issus de la préparation au mariage. Et surtout se reposer ! »

3Préparer en amont un maximum de choses

Comme tout événement, un mariage demande certaines qualités pour coordonner les prestataires, le lieu, le traiteur, etc. « Au début des préparatifs, on peut faire un brainstorming avec tout ce qu’on a à faire ou à penser, conseille la présidente des AFC. Avec un rétro planning et des points réguliers, le mariage s’organise avec soin, en distribuant des rôles à chacun. Ici il n’est plus question de toujours remettre au lendemain ! On peut s’appuyer sur un petit carnet avec des intercalaires pour ne rien oublier. »

4Se servir d’un stress utile pour son mariage

On le pense négatif mais le stress a aussi de bonnes vertus. À condition de savoir le canaliser et de s’en servir à bon escient. « On est dans une époque où on devrait tout vivre de façon zen, remarque Pascale Morinière. Mais il y a une utilité au stress ! C’est un aiguillon, il nous pousse à nous donner du mal. Est-ce que ma robe sera prête ? Est-ce qu’il y aura assez de vin (comme dans les Noces de Cana) ? Le stress est un stimulus pour bien recevoir. Il ne doit pas virer à l’excès ou bloquer les futurs mariés. »

5Anticiper : une bonne organisation pour penser à tout

Que ce soit pour la baby-sitter qui s’occupe des enfants ou pour les bouteilles d’eau à la sortie de l’église, établir des listes permet de répondre à toutes les attentes le jour du mariage, sans être pris au dépourvu. « Certaines choses peuvent être faites bien en avance, d’autres au dernier moment, souligne Pascale Morinière. S’occuper de sa robe ou choisir le photographe se fait plusieurs mois avant la date. Le plan de table, par contre, est toujours soumis à modification avec les différents imprévus. »

C’est le moment de prendre note dans un carnet (à garder toujours dans son sac) des bons conseils de ses ami(e)s marié(e)s et de repérer des petites choses utiles présentes dans d’autres cérémonies. L’idée est de trouver un juste milieu entre l’envie de bien faire et les besoins de chacun. Tout ne peut pas être parfait !

6Vivre l’instant dès l’entrée dans l’Église

Si l’organisation et l’anticipation sont les maîtres mots avant le mariage, devant l’église, on oublie toutes les questions d’ordre matériel. « À l’instant où il entre dans l’Église, le couple doit se rappeler que c’est un temps de prière, rappelle Pascale Morinière. Je leur conseille de vivre ce moment rien que pour eux, de s’immerger. Ce sont des instants mythiques, des émotions qui resteront toute une vie. C’est ici que tout commence… »

7Déléguer

Même si on aime beaucoup garder le contrôle sur tout, il est nécessaire de savoir demander quelques petits services à son entourage. « On peut déléguer pas mal de choses, remarque Pascale Morinière. Sans compter que cela fait plaisir aux gens d’avoir une mission ! C’est une façon de les impliquer dans les préparatifs. On doit juste vérifier que les personnes s’en chargent comme on l’entend, en faisant un point avec chacun, de temps en temps. Cela évite un grand stress aux futurs mariés et réduit la fatigue. »

8Apporter une autre perspective à son engagement

Tout au long de la préparation, le couple doit garder en tête la portée de son engagement. « C’est un premier acte public, note la présidente des AFC. On s’est mis ensemble par glissement, les choses se sont faites petit à petit. Avec le mariage, je m’engage avec ma volonté pour toujours, c’est irrévocable. Pendant la préparation, c’est important de creuser le sens de cette union. On se donne l’un à l’autre. C’est une aventure intérieure incroyable, un émerveillement. »

9Prier, avoir des pensées pour l’autre et pour son couple

« Dans le fil de la préparation, prier l’un pour l’autre apporte une autre dimension, souligne Pascale Morinière. Le couple prie aussi bien pour que le mariage se passe au mieux et que les années à venir soient heureuses. Le bon Dieu veille à tout ça ! »

Tags:
Mariagestress
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement