Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ce que que le pape François et Emmanuel Macron se sont dit

Ils se sont quittés par une embrassade chaleureuse, provoquée par le président de la République, semble-t-il avec de l'émotion de la part du chef de l'État.
Partager

Dans ses rencontres, le pape François semble ne chercher "aucun rapport de force", ce qui est "très rare dans la vie diplomatique contemporaine", a considéré le président français le 26 juin 2018.

Pour sa première visite officielle au Vatican, le président français élu en 2017 s’est tout d’abord entretenu avec le pape François pendant près d’une heure – un temps record. « Nous avons eu une discussion philosophique, nous n’avons pas regardé nos montres », a-t-il expliqué. Selon lui, ces échanges ont été « extrêmement francs et extrêmement directs ».

Lors de cette rencontre, Emmanuel Macron a été frappé par « l’humilité » du Souverain pontife. C’est un homme qui ne cherche « aucun rapport de force ». Cela est « très rare dans la vie diplomatique contemporaine » où les dirigeants cherchent avant tout à convaincre leurs partenaires internationaux. A l’inverse, le pape est resté dans un « questionnement partagé », a-t-il salué.

« Composer » avec les « principes » dans les débats bioéthiques

Démarche qui n’empêche pas les désaccords, a reconnu le président français. Notamment sur les futures lois bioéthiques qui seront bientôt discutées en France ­– ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes (PMA), euthanasie, suicide assisté… Emmanuel Macron a ainsi exposé au successeur de Pierre la situation actuelle en France sur ces questions sur lesquelles il s’exprimerait à « l’issue de ce débat ».

Pour le chef d’Etat français, il lui faudra alors « composer » avec différents « principes », dont certains comme le « principe de vie » sont défendus avec vigueur par l’Eglise catholique. « Gouverner, c’est parfois choisir le moindre mal », a-t-il soutenu.

Accepter la « part d’histoire » judéo-chrétienne de la France

Lors de son audience avec le pape, Emmanuel Macron est également revenu sur sa vision de la ‘laïcité à la française’. Pour lui, c’est une « loi de liberté », garantissant à chacun la possibilité de croire ou de ne pas croire. Elle n’impose ainsi pas une neutralité religieuse de la société, a-t-il insisté, et permet la « critique » de toutes les religions ­­- et même le « blasphème ».

Le dirigeant français a reconnu que son pays avait des racines judéo-chrétiennes, mais celles-ci ne sont pas « exclusives ». Pour lui, il est parfois nécessaire de s’en « émanciper » mais aussi de regarder « cette part d’histoire ». C’est notamment pourquoi il a accepté de prendre possession de son titre de premier et unique chanoine d’honneur de Saint-Jean-de-Latran.

Une « responsabilité et de solidarité » à la crise des migrants

Par ailleurs, Emmanuel Macron est revenu sur la crise migratoire, elle aussi abordée lors de la rencontre avec le pape François. Pour lui, il s’agit en réalité d’une « crise politique » interne à l’Union européenne (UE) car les flux ont considérablement baissé depuis 2017.

Cette crise appelle une réponse de « responsabilité et de solidarité » entre les pays de l’UE, a-t-il considéré. Mais aussi une « vraie stratégie de co-développement » de l’Afrique. Car c’est « mentir [aux migrants] que de leur dire qu’ils seront plus heureux en Europe que dans leur pays ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]