Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 27 novembre |
Fête de la Vierge Marie en son icône du signe
home iconSpiritualité
line break icon

La cruche fêlée ou l'éloge de la faiblesse

CLAY POT

Alvant I Shutterstock

Domitille Farret d'Astiès - Publié le 25/06/18

Connaissez-vous l'histoire de la cruche fêlée ? Cette courte parabole montre combien, au-delà des apparences, la fragilité et l'imperfection portent du fruit.

Dans un pays lointain, un marchand d’eau allait chaque matin puiser de l’eau à la source, qu’il portait ensuite à la ville pour la vendre aux habitants. Il possédait deux cruches de même taille, qu’il chargeait sur ses épaules avant de se mettre en route.

Mais l’une des deux était fêlée. Par conséquent, lorsque son maître arrivait en ville, elle se trouvait immanquablement à moitié vide, tandis que sa consœur était encore pleine à ras bord. La cruche fêlée tombait alors dans des accès de tristesse tandis que sa voisine se pavanait de fierté. Un jour, la malheureuse cruche n’y tint plus et, désespérée, elle vint trouver son maître : « Pourquoi me gardes-tu ? J’ai honte. Ne remarques-tu que tous les matins, quand tu arrives en ville, je suis à moitié vide ? Je ne suis d’aucune utilité pour toi. Pourquoi ne te débarrasses-tu pas de moi ? ».




Lire aussi :
« Mon père, je n’irai plus à l’église ! »

Le marchand la contempla avec attention et lui répondit : « N’as-tu pas remarqué ces fleurs qui ont poussé le long du chemin, de ton côté ? J’ai toujours su que tu étais fêlée. C’est pourquoi j’ai semé des graines le long de ton passage. Tu les as arrosées chaque jour. Et aujourd’hui, des fleurs ont poussé et enchantent les yeux des promeneurs. Grâce à toi ».

L’être humain est souvent obsédé par ses manques, ses incertitudes, la crainte qui le tenaille de ne pas être à la hauteur. Il se juge durement. « Dans notre société, affirme Jean Vanier, tout le monde a besoin de prouver qu’il est normal, qu’il est comme les autres. Alors on renie son cœur qui est unique » (Vivre ensemble avec nos différences). Cette courte parabole montre combien ces défauts aux yeux du monde peuvent être source d’une fécondité inattendue. Pourquoi ne pas se mettre à l’école de Michel Audiard, à qui l’on attribue cette réplique : « Heureux les fêlés car ils laissent passer la lumière » ?




Lire aussi :
Au café Joyeux, on travaille avec son cœur

Tags:
Jean Vanier
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Timothée Dhellemmes
Les messes publiques reprendront samedi... ma...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
La rédaction d'Aleteia
Voici la prière des JMJ de Lisbonne 2023
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
WEB2-EVACUATION-CAMP-MIGRANT-AFP-080_HL_NCOISSAC_1277288.jpg
Mgr Benoist de Sinety
Si toutes les vies se valent…
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement