Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Saint Prosper, le disciple « inconditionnel » de saint Augustin

SAINT PROSPER
By Zvonimir Atletic | Shutterstock
Partager

Saint Augustin n'aurait pas été proclamé si vite docteur de l’Église si saint Prosper d’Aquitaine, patron des poètes, ne lui avait pas consacré l’essentiel de sa vie et de son œuvre au Ve siècle.

On sait peu de choses de la vie de Prosper (env. 390- env. 463), si ce n’est que c’est un laïc né en Aquitaine, qu’en 428 il est à Marseille et qu’à partir de 440, il est rédacteur à la chancellerie pontificale de Léon le Grand. On sait aussi qu’il aime la vie monastique et qu’il écrit de belles œuvres poétiques. C’est d’ailleurs pourquoi il est le saint patron des poètes. « Ce savant homme semble avoir passé sa vie la plume à la main », souligne l’abbé Léon Jaud (1856-1934), prêtre du diocèse de Luçon, dans Les vies des saints pour tous les jours de l’année. Le Pape, rapporte-t-il, « admirait tellement son érudition et sa sainteté qu’il se servait de lui, comme saint Damase avait fait de saint Jérôme, pour répondre aux questions qui lui étaient adressées de tout l’univers chrétien ». Et l’abbé lui reconnaît « une ardeur incroyable dans les controverses religieuses de son époque, pour défendre et propager la pensée d’Augustin ». Les deux hommes, contemporains quelques années, ne se sont pourtant jamais rencontrés. Ils ont en revanche beaucoup correspondu.

Don de persévérance

Cette ardeur à défendre la pensée d’Augustin, Prosper s’est fait un devoir de l’entretenir plus que jamais après sa mort (430). Il est même allé jusqu’à Rome demander au pape Célestin Ier de trancher le conflit qui opposait la pensée d’Augustin à celle des pélagiens et des donatiens. Celui-ci ne tranchera pas mais adressera à tous les évêques de Gaule une lettre contenant un vibrant hommage d’Augustin. Les théories dites semi-pélagiennes ne seront rejetées officiellement qu’en 529. En attendant Prosper continue à écrire, jetant le trouble parmi les adversaires les plus déterminés tels que Jean Cassien ou Vincent de Lérins, les fondateurs respectivement du monastère Saint-Victor de Marseille et de l’abbaye de Lérins, en Provence.

Parallèlement à cette « théologie de combat », comme on voit souvent décrit cette détermination à faire connaître la richesse de la doctrine d’Augustin, Prosper a composé un recueil de près de 400 citations extraites de son œuvre à faire connaître au grand public. Ce Liber Sententiarum, auqel on trouve quelques imperfections, a au moins eu « le mérite d’assurer une large diffusion de la pensée augustinienne au Moyen Âge », souligne Xavier Lecoeur. On dit que c’est d’ailleurs sans doute grâce à saint Prosper qu’Augustin fut reconnu très tôt comme le grand docteur de l’Église d’Occident. Ce titre lui sera conféré en 1295 par Boniface VIII, au même moment qu’Ambroise de Milan, Jérôme de Stridon et Grégoire le Grand.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]