Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Eucharistein, ou la grâce de la simplicité

FRATELLO
Philippe Lissac / Godong
Partager

Une semaine après leur ordination, deux prêtres de la fraternité Eucharistein ont concélébré la messe avec le pape François au Palexpo de Genève lors de sa visite en Suisse. Découverte d'une nouvelle communauté religieuse.

Eucharistein, en grec, signifie « rendre grâce ». Mais c’est aussi le nom d’une communauté religieuse catholique née dans le Valais (Suisse) en 1996, à l’initiative de Nicolas Buttet, ancien ermite. Elle compte aujourd’hui 40 membres dont des frères et des sœurs consacrés et des oblats qui font vœux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance. Par ailleurs, la « Communion Béthanie » regroupe des personnes qui vivent à l’extérieur et partagent la spiritualité de la communauté, chacune dans son état de vie propre.

À la suite d’une conversion, Nicolas Buttet, ancien avocat et député suisse, part travailler au Vatican, avant de se retirer dans un ermitage du canton du Valais. Il est rejoint par des jeunes qui lui demandent de les accompagner dans la foi et un groupe se forme peu à peu. Un appel à aller plus loin se fait sentir. À la suite de cela, Nicolas Buttet fonde la fraternité Eucharistein. En 2003, il est ordonné prêtre par Mgr Rey, évêque de Fréjus-Toulon.

L’adoration, remède à l’orgueil et au désespoir

Le premier charisme de cette communauté est l’adoration eucharistique. Pour le père Nicolas, c’est « un remède aux deux tentations du monde contemporain : l’orgueil et le désespoir ». La communauté accueille également des « déshérités de la vie », marqués par des épreuves comme la toxicomanie ou la dépression, pour un temps de reconstruction personnelle. Les jeunes qui le souhaitent peuvent eux aussi rejoindre la fraternité pour un temps sabbatique afin d’y faire une expérience de service, de réflexion et de prière. Les frères et soeurs n’ont aucun revenu fixe. Ils s’en remettent à la Providence, vivant de leur travail (agriculture, apiculture, artisanat, fromagerie…) et de dons.

Fraternité Eucharistein
La Fraternité Eucharistein

Marie C., 27 ans, est très proche de la fraternité. Ce qu’elle aime, c’est « la joie et la simplicité très franciscaine, le fait que Jésus soit au centre car l’adoration est au cœur des journées ». Elle y a appris « à prendre le pli de Jésus » et à Le mettre au centre de sa vie et de ses décisions. Aujourd’hui, la communauté compte quatre maisons : à Epinassey (Valais, Suisse), à Bourguillon (canton de Fribourg, Suisse), à Château Rima (Var) et à Saint-Jeoire (Haute-Savoie).

Tags:
suisse
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.