Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Jésus, « l’aliment de base pour bien vivre »

POPE SWISS
Tiziana FABI I AFP
Partager

Lors de la messe à Palexpo à Genève le 21 juin 2018, le pape François a exhorté les catholiques suisses à retrouver les “racines“ de leur foi par la prière du Notre Père, quitte à aller à “contre-courant“.

Dans une ambiance chaleureuse malgré la grande salle métallique du hall d’expositions, le pontife a célébré la messe – pour la première fois en français, mais aussi en latin – devant environ 40.000 personnes, aux trois quarts francophones.

La “langue chrétienne“, a affirmé le pontife dans son homélie, s’exprime le mieux dans la prière du Notre Père. Car celle-ci est une “formule de vie“, elle révèle notre identité d’enfants bien-aimés, et non de “figurants virtuels“. Cette parole, Père, a-t-il ajouté, est la clé d’accès au cœur de Dieu, origine de tout bien et de toute vie.

C’est aussi un bon antidote à la solitude des sociétés déracinées. A chaque Notre Père, à chaque signe de croix, a poursuivi le successeur de Pierre, “nous nous réapproprions les racines qui nous fondent“. En effet, le Père “ne nous rassemble pas en groupes de partage, mais il nous régénère ensemble comme famille“.

Dès lors, le Notre Père “fortifie nos racines“ : la mémoire du bien réapparaît, “la peur et l’incertitude n’ont pas le dessus“. Les chrétiens sont donc appelés à agir en frères, comme des gardiens de la famille. Sans aucune indifférence, que ce soit l’enfant à naître, la personne âgée qui ne parle plus, celui qu’on connaît et à qui on n’arrive pas à pardonner, comme le pauvre rejeté.

Jésus, “aliment de base“ et non garniture

Le successeur de Pierre a aussi fait remarquer que la demande du Notre Père concernant le pain quotidien engage à une vie plus simple, à “contre-courant“ dans une société devenue “si compliquée“. Comme le fit en son temps saint Louis de Gonzague, fêté ce jour, jeune jésuite qui abandonna une vie aristocratique pour servir les pauvres.

Sans oublier, a ajouté le pape, que le “Pain quotidien“ est avant tout Jésus. “C’est Lui l’aliment de base pour bien vivre“, qu’il s’agit de ne pas réduire à une “garniture“. Car sans Lui nous ne pouvons rien faire, a rappelé le pontife, citant l’évangile selon saint Jean (Jn 15,5).

Faire le premier pas

Appelant également au pardon qui “fait des miracles“ – car il change le mal en bien – le pape François a demandé aux catholiques de faire le premier pas, dans la prière et la rencontre fraternelle, pour obtenir l’Esprit d’unité.

A la fin de la célébration, l’évêque de Lausanne Genève Fribourg, Mgr Charles Morerod, a remercié le pontife. Face à “l’énorme défi“ de l’époque, ce qui est demandé aux chrétiens est de revenir à la “simplicité de l’Evangile“, celle des saints. “Merci de ne pas laisser nous endormir dans un confortable sommeil entre convaincus“, a-t-il conclu.

Tags:
suisse
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]