Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

En images : les robes de mariées à travers les âges

© Public domain
Robe de fiançailles de l'impératrice Élisabeth d'Autriche.
Partager

Symbole d'un grand jour, la robe de mariée occupe une place à part dans la garde-robe féminine. Elle symbolise un moment crucial dans la vie d'une femme. Confectionnée en secret pendant de longs mois, la robe de mariée transforme la jeune femme en reine d'un jour. Mais il n'en a pas été toujours ainsi.

Au cours de l’histoire, ce n’est pas que l’institution du mariage qui a évolué. La robe de mariée aussi. Durant de nombreux siècles, la mariée ne porte pas une robe spécifique pour le jour de la cérémonie. Bien avant d’adopter la traditionnelle robe blanche, la jeune fille choisit tout simplement parmi ses tenues la robe qui a la plus belle couleur. Que l’on vienne d’une famille pauvre ou que l’on appartienne à la noblesse, la règle veut que l’on se pare de ses plus beaux atours le jour J, sans autre contrainte particulière. Le style de la robe traduit le rang et les ressources de la famille de la mariée.

En France, les femmes portent d’ailleurs souvent leur costume régional. N’est-il pas un habit traditionnel pour la messe du dimanche ? L’apparition d’une tenue spécialement dédiée à la cérémonie du mariage vient de l’Église au temps de la Renaissance. C’est au Concile de Trente (1542), que l’Église instaure de nouvelles règles pour le mariage : elle rend obligatoire la publication des bancs, la présence d’un curé, ainsi que la présence de témoins. De même, elle prescrit « solennité et éclat » pour la tenue. Les tableaux de l’époque témoignent que les mariées des familles aristocratiques commencent à revêtir une robe de couleur blanche.

Blanc, symbole de pureté

Les siècles suivants, les robes de mariée retrouvent des couleurs. Le noir est le plus prisé car il permet à la femme de porter plusieurs fois sa robe, pratique courante notamment dans les familles les plus modestes. Pour voir vraiment la robe blanche sur une mariée, il faut attendre le XIXe siècle. Cette apparition du blanc est liée aux prémisses de la séparation de l’Église et de l’État. Elle distingue le mariage civil du religieux. Avec la sécularisation, la robe de mariée blanche devient alors le symbole de la virginité et de la pureté.

La robe de mariée reflète le plus souvent les préférences esthétiques du moment. Sa forme évolue au fil des décennies, depuis les robes à paniers du XVIIIe siècle, le style épuré du Premier Empire, la mode romantique et les formes structurées par les crinolines et les tournures sous la Restauration. Au lendemain de la Première guerre mondiale, elle ne résiste pas à l’évolution des mœurs et des styles vestimentaires : les femmes se marient alors dans des robes à taille basse aux ourlets raccourcis.

Après la pénurie de tissu de la seconde guerre mondiale, les couturiers — tel Christian Dior — reviennent aux longueurs dans les années 1950. C’est l’âge d’or de la robe ample et évasée jusqu’aux pieds.

Les créateurs de haute couture s’en emparent alors et s’en donnent à cœur joie, laissant libre cours à leur imagination. Et ce n’est pas par hasard que leurs défilés se clôturent sur la robe de mariée : c’est la consécration d’une union réussie entre le monde de la mode et la célébration du mariage.

Découvrez en images, l’histoire des robes de mariée à travers les âges :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.