Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Un sacrée fête de la musique à l’église Saint-Eustache

FESTIVAL 36H EUSTACHE
Partager

Le 20 et 21 juin 2018, et pour la treizième année consécutive, l'église Saint-Eustache propose pour la fête de la musique 36 heures de concerts gratuits mêlant spiritualité et musique de tous les styles !

Folk, rock, électro, musique sacrée… Pendant 36 heures riffs et samples vont côtoyer chœurs et orgue sous les belles voûtes de l’église Saint-Eustache où ont joué quelques uns des plus grands compositeurs de l’histoire, à l’instar de Mozart venu pleurer lors des funérailles de sa mère, de Berlioz qui dirigera son Te Deum en 1866 ou encore de Lizt qui assista à la première représentation de sa messe solennelle, dite le « Gran ».

36 heures de concerts en continu

Né il y a 13 ans sur une idée du curé de la paroisse, le Festival 36h est un projet porté par la communauté paroissiale de Saint-Eustache. Le concept ? Pendant 36 heures, et en continu, des groupes de musique se relayent jour et nuit pour offrir aux festivaliers des concerts divers et variés. Entre riffs, beats et simples, chœurs lyriques et orgue, il y en aura pour tous les goûts. Pour entrer en communion avec l’esprit du lieu, chaque groupe est invité à revisiter une œuvre liturgique de son choix (gospel, requiem, ave maria, psaume…) et faire vivre de manière insolite et décalée la musique sacrée.

L’année dernière, le groupe de pop psychédélique Yeti Lane avait interprété une chanson intitulée Lord, Can you hear me ? / « Seigneur, peux-tu m’entendre ? ».

Le groupe Palatine avait également interprété une chanson traditionnelle de gospel très célèbre, John The Revelator — faisant référence à l’Apocalypse — enregistrée pour la première fois en 1930 par Blind Willie Johnson. Depuis, de nombreux artistes se sont appropriés ce chant selon des styles variés.

Quand au célèbre musicien Rubin Steiner, il avait revisité le célèbre Lacrimosa du Requiem de Mozart dans un style électronique.

L’édition 2018 propose un programme riche qui attirera aussi bien les habitués de Saint-Eustache que ceux qui fréquentent moins souvent les églises. L’occasion d’en franchir le seuil ? Parmi les « stars » attendues, le quatuor bordelais « Tample » avec ses sonorités discos, la parisienne d’adoption Kate Stables qui enchantera l’espace au son de son banjo, le crooner électro Yan Wagner qui proposera une collaboration inédite avec le jeune organiste prodige Thomas Ospital sur le Grand Orgue ou encore le Chapelier Fou, multi-instrumentiste virtuose naviguant entre sons techno et samples de flûte péruvienne.

Tags:
musique
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.