Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 09 décembre |
Sainte Léocadie
Aleteia logo
For Her
separateurCreated with Sketch.

Que dire à un enfant qui accumule les mauvaises notes ?

KID TEST RESULTS

VGstockstudio I Shutterstock

Mathilde de Robien - publié le 19/06/18

Quelle attitude adopter face à un enfant qui collectionne les mauvaises notes à l’école ? Comment trouver le juste équilibre entre autorité et accompagnement ?

Difficile de garder son calme et de ne pas angoisser lorsque son enfant ramène des mauvaises notes à la maison. Pourtant, garder son sang-froid se révèle être le moyen le plus efficace pour l’aider et lui redonner confiance en lui.

Ceux qui s’en fichent… et les autres

Tous les enfants ne réagissent pas de la même manière lorsqu’il s’agit de présenter un mauvais carnet à ses parents. Entre ceux qui affichent une mine déconfite mais n’en pensent pas moins, ceux qui semblent s’en ficher éperdument alors qu’ils sont vexés ou déçus, ceux qui s’en fichent réellement, ou encore ceux qui sont en colère contre eux-mêmes, la tâche est parfois difficile pour les parents de démêler le vrai du faux et de savoir quelles émotions traversent leur enfant.

Pourtant, ce travail de discernement est nécessaire pour pouvoir rejoindre l’enfant dans ce qu’il est en train de vivre et pour trouver les phrases et le comportement adéquats entre autorité et consolation. Pour poser des mots sur son état, vous pouvez commencer par dire comme le suggère Bernadette Lemoine, psychologue et psychothérapeute, dans Petites phrases à leur dire pour les aider à grandir (Albin Michel) : « Je vois que tu es triste, déçu, ou en colère… » ou « je vois que cela ne te gêne pas d’avoir de mauvaises notes », avant de trouver des solutions.


CHILD TENNIS

Lire aussi :
Que dire à un enfant mauvais perdant ?

Autre point de discernement : quelle est la raison de la contre-performance ? Est-elle dû à un manque de travail et d’investissement, ou à de réelles difficultés ? Dans le premier cas, il faut en effet réagir avec autorité et expliquer la nécessité de fournir un effort. Questionnez-le pour savoir s’il a suffisamment travaillé et s’il a vraiment fait de son mieux.

Chercher des solutions avec lui

« Pouvons-nous travailler ensemble pour améliorer cela ? », « Voyons comment tu pourrais faire mieux », « Que décides-tu de faire pour que ce soit mieux la prochaine fois ? » Associer l’enfant à la recherche de solutions, l’accompagner, se concentrer sur un point bien précis à améliorer, l’aideront à progresser et à mesurer ses efforts. Revenir avec lui sur sa copie pour comprendre ses erreurs, revoir la leçon avec lui, expliquer les notions incomprises, sont de bons outils d’accompagnement. Qu’il s’agisse d’écrire plus proprement, de faire attention à la ponctuation, d’apprendre avec plus de rigueur ses leçons, d’être plus attentif en classe…, voilà autant de pistes pour lui montrer les progrès qu’il peut faire. Il ne s’agit pas de fixer des objectifs inatteignables, mais de l’accompagner pas à pas dans l’apprentissage.


PHONE

Lire aussi :
Douze phrases constructives à dire à son enfant tous les jours

« Je sais que tu en es capable »

Même si les mauvaises notes s’accumulent, il est important de ne pas humilier l’enfant, et de lui exprimer toute sa confiance : « Je sais que tu en es capable », « Je ne te demande pas d’être le meilleur, mais de faire de ton mieux », car la réussite tient aussi à la confiance en soi. Lui dire qu’il est bête ou qu’il ne comprend rien serait contre-productif. Au contraire, l’encourager de la sorte : « Si tous les jours tu fais de ton mieux, tu feras des progrès et tu pourras être content(e) de toi et moi aussi je serai content(e) », engendre estime de soi et confiance en ses parents.

PEtites phrases à leur dire_couv+4.indd
Albin Michel

Petites phrases à leur dire pour les aider à grandir, Bernadette Lemoine et Diane de Bodman, Albin Michel, 185 pages, mai 2018, 12,50 euros.

Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement