Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Léonce de Tripoli, le saint des chrétiens persécutés

wikipedia
Partager

Fêté dans l'Église le 18 juin, saint Léonce de Tripoli, jeune soldat phénicien, est un saint très populaire en Orient, notamment chez les chrétiens syriens. Il ne craignait pas d'annoncer l’Évangile et fut accusé de prosélytisme.

Saint Léonce est un jeune soldat phénicien engagé dans l’armée romaine, sous le règne de Vespasien (vers 69-79). En garnison à Tripoli au Liban, il se distingue par sa vaillance, distribuant aux pauvres les provisions de l’armée, sans jamais cacher sa piété pour le Christ. Il lit les Saintes Écritures et prêche contre le culte des idoles auprès de ses camarades qui l’écoutent avec assiduité. Sa réputation de piété est telle qu’elle arrive jusqu’aux oreille du gouverneur de Phénicie, Adrien, qui a licence de mettre à mort les disciples du Christ.

« Le Dieu de Léonce »

Que de tortures subies par ce « soldat du Christ », que d’injures reçues de ses tortionnaires exaspérés par ce saint inébranlable. Hypatos, le tribun envoyé pour l’arrêter la première fois, et Théodule, son ami soldat, ne sont jamais revenu de leur mission. Pire, arrivés devant Léonce, ils se sont prosternés à ses pieds, le suppliant de les délivrer de l’impureté de l’idolâtrie en les unissant au Christ. Un nuage est alors apparu dans le ciel, le saint soldat s’est mis à prier pour eux et les a baptisés avec de l’eau de pluie. Qu’a-t-il pu se passer ? La veille, raconte-t-on de source orthodoxe, alors qu’Hypatos était d’une forte fièvre, un ange lui est apparu et lui a dit : « Si tu veux être guéri, invoque trois fois le Dieu de Léonce ». Ce qu’Hypatos a fait, sentant aussitôt un grand soulagement.

Cet épisode provoque beaucoup d’émotion chez les païens. Le gouverneur Adrien, fou furieux, arrive sur place et les arrête tous les trois. Jetés en prison, ils prient, chantent des psaumes, portés par les encouragements de Léonce à « endurer avec joie les épreuves qui allaient leur procurer la vie éternelle ». Au tribunal, ils se revendiquent tous des soldats de l’armée du « Roi du ciel ». Rien ne saurait les faire retourner au vain culte des idoles. Commence alors leur long martyre : Hypatos est écorché vif, Théodule frappé du plat d’épée, puis ils sont tous les deux décapités. Avant de mourir, ils lancent un seul cri : « Seigneur aie pitié ! ».

La couronne du martyre

Puis c’est au tour de Léonce, torturé jusqu’à ce que mort s’ensuive. « Tu peux bien épuiser mon corps, mais tu ne parviendras pas à vaincre mon âme », dit-il à son bourreau. Un jour, deux jours… Les supplices se multiplient, de plus en plus cruels. Mais à chaque fois, alors qu’il rend grâce à Dieu et qu’il est sur le point de mourir, un ange lui apparaît dans sa geôle pour l’encourager et le réconforter. Jusqu’à ce qu’il finisse par rendre glorieusement son âme à Dieu. Saint Léonce deviendra le martyr le plus honoré de Phénicie et l’un des plus célèbres de tout l’Orient chrétien.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]