Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Cinq arguments pour oser se demander pardon en famille

2 WOMAN HUGGING
Antonio Guillem | Shutterstock
Partager

On passe parfois à côté d’une démarche qui se révèle inestimable pour la vie de couple et la vie de famille : demander pardon et savoir pardonner. On zappe, on oublie, on se dit tant pis, et pourtant, se demander pardon est source de multiples bienfaits.

En famille, les occasions de pardon ne manqueraient pas : réactions inappropriées, justifiées ou non, disputes plus ou moins violentes, paroles blessantes envers son conjoint, son enfant, ses frères et sœurs, ses parents… Mais si les prétextes sont légions, la démarche, elle, n’est pas toujours aisée. Et pourtant, si on regarde la multitude de bienfaits qu’elle procure, on n’hésiterait pas à ouvrir grand notre cœur pour se demander pardon.

Argument n°1 : Apaiser la vie quotidienne

Lorsque la vie de famille, ou de couple, est altérée ici ou là par des tensions, des frictions, des non-dits, le pardon se révèle être une source de paix et de joie profonde. C’est le sentiment qu’a éprouvé Esther, alors que la vie familiale était devenue compliquée suite à l’adoption des deux enfants de sa sœur, lorsqu’ils ont vécu une démarche de pardon lors d’une session à Paray-le-Monial. Alors que les conflits entre les enfants, âgés de 9 et 13 ans, et leurs tuteurs étaient récurrents, « la demande de pardon a été le déclic », confie Esther. Les enfants ont pris soudain conscience que l’adaptation était difficile aussi pour Esther et son mari. « La rédaction de la résolution familiale nous a encore plus soudé. Nous sommes repartis, unis, joyeux. À ce jour, nous continuons à voir les fruits de cette session. Notre famille a été composée par le Seigneur ! », s’exclame-t-elle.

Argument n°2 : Ouvrir une porte sur l’avenir

La démarche de pardon est constructive. Elle ouvre une porte sur l’avenir en libérant le poids du passé. Esther témoigne « qu’on ne devient pas la famille parfaite parce qu’on a le pardon, mais cela permet d’aller plus loin ». Plus loin dans l’amour de l’autre, plus loin dans la confiance en l’autre, plus loin dans la croyance en la miséricorde divine. Une autre famille, ayant vécu cette expérience de pardon, d’abord entre époux, puis avec les enfants, « sur certains points qui faisaient obstacles dans leurs relations », conclut que « ça a été une grande avancée pour toute la famille ». Se demander pardon fait visiblement faire un bond de géant à ceux qui osent faire un premier petit pas.

Argument n°3 : Montrer l’exemple à ses enfants

Si un parent ose dire tout haut pardon à son enfant, ou pardon à son conjoint devant ses enfants, ce geste vient se loger comme une habitude dans leurs jeunes esprits, alors que la démarche n’est pas naturelle, voire même difficile. Il ne faut donc pas hésiter à demander pardon haut et fort. Reconnaître ses torts exige une certaine humilité, et cette vertu, malmenée à l’heure actuelle car prise pour de la faiblesse, est bienvenue dans l’éducation des enfants.

Shutterstock

Argument n°4 : Faire l’expérience de l’amour

Lorsque l’on bénéficie du pardon de l’autre, on fait une expérience d’amour. Expérience de l’amour de l’autre, et expérience de l’amour de Dieu quand c’est le Christ qui nous absout dans son infinie miséricorde, par le sacrement de réconciliation notamment. Or qui ne souhaite pas se sentir aimé ? De plus, cette expérience d’amour est contagieuse, car on pardonne plus volontiers quand on se sait pardonné. C’est là que le sacrement de réconciliation prend toute son ampleur : en allant puiser à la source de l’amour divin, en se laissant inonder par la miséricorde de Dieu, on est alors capable, par effet de cascade, de transmettre à notre tour amour et pardon à notre prochain.

Argument n°5 : Se rapprocher de Dieu

Oser entreprendre une démarche de pardon est un premier pas vers une croissance spirituelle. Dieu a créé l’homme à son image. À l’image de Dieu, l’homme a vocation à aimer et à pardonner. Donc si l’homme arrive un tant soit peu, par l’expérience du pardon, à ressembler à Dieu, alors il grandit spirituellement et se rapproche de Lui.

Concrètement, quand et comment se demander pardon ?

Pour les couples, un adage est bien connu : ne pas s’endormir avant de s’être demandé pardon. Idéalement. Après, on sait que certains ont besoin de passer quelques temps dans leur « caverne », selon l’expression de John Gray dans son célèbre Les Hommes viennent de mars, les femmes viennent de Vénus, avant d’ébaucher les premiers pas vers une réconciliation. Cependant, la mesure d’une journée est un bon indicateur. En famille, la prière du soir semble être toute indiquée pour revenir sur la journée écoulée et demander pardon, à Dieu, ou à quelqu’un en particulier présent dans la pièce.

COUPLE HUGGING
Shutterstock

Esther raconte que lors de la démarche de pardon proposée par la Communauté de l’Emmanuel pendant les sessions estivales, chaque personne est invitée d’abord à accepter le pardon de l’autre, à serrer la personne dans ses bras ou à l’embrasser, puis à rédiger ensemble une résolution familiale. Concernant les demandes de pardon plus difficiles à énoncer en raison de causes plus profondes, n’oublions pas que la source du pardon demeure en Dieu via le sacrement de réconciliation.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]