Les 4 articles les plus partagés

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Argentine : le Parlement se prononce sur la légalisation de l’avortement

ABORTION ARGENTINA
EITAN ABRAMOVICH I AFP
Manifestation sur la place du Congrès, à Buenos Aires, le 3 juin.
Partager

Les députés argentins ont voté ce jeudi, en première lecture, la dépénalisation et la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Le texte doit désormais passer devant le Sénat avant d'être définitivement adopté.

L’examen du projet de loi par les 257 députés argentins, qui a débuté mercredi après-midi, s’est terminé par un vote en faveur de la dépénalisation et de la légalisation de l’IVG. Il a été approuvé à une étroite majorité de 129 voix contre 125 et une abstention. Dans le détail, le texte débattu autorise l’IVG jusqu’à la 14e semaine de gestation. Il doit désormais être envoyé au Sénat, réputé plus conservateur.

L’IVG est actuellement possible dans le pays en cas de viol ou de danger pour la vie de la mère. D’après différentes estimations, environ 500.000 avortements clandestins sont réalisés chaque année dans le pays pour 720.000 naissances. 2.700 mères-filles, âgées de 10 à 14 ans, accouchent tous les ans, estime l’Unicef.

Portés par le mouvement féministe #NiUnaMenos, les partisans du « oui » à la légalisation évoque souvent le cas très récent d’une fillette de 10 ans qui aurait été violée par son beau-père. Si la législation lui permettait en théorie d’avorter — sa grossesse résultant d’un viol —, elle en a été empêchée : la fillette se trouvait enceinte depuis 21 semaines mais la province de Salta, où elle réside, a fixé la limite pour une IVG à… 12 semaines.

Alors que l’Église du pays a marqué son opposition à une évolution de la loi, le pape François a appelé les Argentins « à apporter leur contribution à la défense de la vie et de la justice ». Des milliers de fidèles ont ainsi marché dans les rues de Buenos Aires, le 26 mars, pour manifester leur opposition à cette réforme.

Pour mémoire l’Argentine, pays d’origine du pape François, a été le premier pays d’Amérique latine à autoriser le mariage pour tous en 2010. Dès 2011, l’Argentine a également l’un des premiers pays au monde à reconnaître d’un point de vue légal l’existence d’un « troisième sexe ».

Mercredi soir, des dizaines de milliers de personnes étaient rassemblées à Buenos Aires devant le Congrès. Les partisans du projet de loi d’un côté de la place, les opposants de l’autre. Selon les instituts de sondage, l’opinion publique est majoritairement favorable à la légalisation de l’avortement. Mais dans l’hémicycle, les députés ayant annoncé leur intention de voter « non » sont 126, alors qu’ils ne sont pour l’instant que 123 en faveur du « oui ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.