Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment éduquer des enfants optimistes ?

HAPPY LITTLE GIRL
By In Green | shutterstock
Partager

Tandis que les personnes optimistes voient des opportunités et des solutions aux problèmes ; les pessimistes, eux, voient des problèmes dans chaque solution. Tout est une question d’attitude face à la vie. Et pour savoir si vous élevez des enfants optimistes ou pessimistes, il faut observer leurs attitudes et leurs réactions dans la vie quotidienne.

Le mieux est de s’entourer de personnes optimistes, heureuses et drôles ; ces mêmes personnes qui nous font rire aussi quand on ressent une douleur profonde. Mais comment savoir si on est optimiste ou pessimiste ? Il suffit d’observer nos attitudes, nos comportements et nos réactions dans la vie quotidienne, et de se poser les questions suivantes pour le découvrir.

Êtes-vous optimiste ou pessimiste ?

Voyez-vous généralement le côté positif ou négatif des choses ? Vous sentez-vous victime dans la vie ? « Personne ne m’aime, tout le monde me traite mal, les gens sont toujours contre moi. » Ou au contraire, êtes-vous responsable de vous-même et de vos actions ?

Les rides du front en disent long également. Dans le langage non verbal, les rides horizontales sont plus caractéristiques des personnes optimistes, qui s’étonnent des choses. C’est le contraire pour les rides verticales. Ces personnes se concentrent sur ce qui leur manque au lieu d’être reconnaissantes de ce qu’elles ont ou de ce qu’elles ont accompli. Avez-vous confiance en vous ou, au contraire, manquez-vous de sécurité ? Abandonnez-vous facilement ou avez-vous une énorme capacité de résilience et de persévérance ?

L’optimisme et le pessimisme sont tous deux des modèles ou des comportements qui s’acquièrent et se transmettent à la fois par les gènes et par ce que l’on a vécu. En d’autres termes, il s’agit de coutumes qui deviennent des habitudes, que l’on apprend dès l’enfance et que l’on transmettra à nos enfants.

Bien sûr, l’idéal est d’avoir appris à être optimiste, mais si on a toujours vu une mère râleuse, un père angoissé et austère, il nous sera difficile d’être positif. Et le plus triste, voire dangereux, c’est qu’on reproduira ce modèle et qu’on le transmettra plus tard à nos enfants.

Comment éduquer des enfants optimistes

Alors comment pouvez-vous, en tant que parents, aider vos enfants à être plus optimistes ? Voici quelques conseils.

Soyez des modèles à suivre

Une attitude heureuse et confiante, des mots positifs ou des phrases encourageantes sont autant de manières de montrer ce qu’est l’optimisme. 

Soyez lexemple vivant de ce qu’est une personne optimiste

Et même si vous pleurez à l’intérieur, montrez à vos enfants que vous pouvez vivre avec espoir. « Oui, mon chéri, j’ai un problème au travail, mais je fais tout ce que je peux pour le résoudre. Tout va s’arranger très vite. Tu verras que tout se passera bien. »

Apprenez à vos enfants à trouver le côté positif des choses

Tout, absolument tout a un côté lumineux, et cela dépend de votre attitude pour le découvrir.

Apprenez à vos enfants à chercher et à trouver des solutions

Quand ils viennent vous voir parce qu’ils ont un problème, une difficulté ou une contrariété, vous ne voulez pas les voir souffrir, alors vous leur donnez des solutions ou vous leur dites comment résoudre leur problème. Or cette attitude ne les aide pas. Vous devez les guider, leur apprendre à réfléchir et à utiliser leur liberté de manière intelligente et responsable. Ils doivent résoudre leurs problèmes et prendre la responsabilité de leurs actes et de leurs décisions.

Apprenez à vos enfants à chercher et à trouver leurs forces…

… À les exploiter et, surtout, à les mettre au service des autres. Ils doivent savoir que tout le monde a des faiblesses, mais qu’elles sont surtout des forces. Nous ne sommes pas tous bons dans tout ou pour tout. Nous avons chacun des capacités et des talents très particuliers que nous devons découvrir et embellir.

Félicitez vos enfants, mais quand ils le méritent et quand cela en vaut la peine

On a parfois envie de les féliciter pour tout et n’importe quoi, mais les encouragements perdent alors de leur valeur.

Il convient également de faire attention à la manière de les reprendre

En évitant les mots et les phrases péjoratives qui pourraient les insulter ou leur donner l’impression de ne rien valoir. Par exemple, si votre enfant échoue à un examen, au lieu de lui dire « Tu es inutile » ou « Tu es nul, tu es un bon pour rien », utilisez des phrases encourageantes, mais cohérentes : « Mon chéri, tu as raté ton examen et cela veut dire que tu dois travailler davantage dans cette matière. Je suis là pour t’aider à y arriver. » 

Une attitude optimiste et positive sera l’ingrédient principal pour embrasser la vie au maximum et s’adapter à tout changement

Éduquons des enfants heureux, optimistes, car de cette façon ils vivront plus longtemps, seront moins malades et tisseront des relations saines et durables.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]