Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Non aux femmes prêtres, la doctrine est définitive

Mgr Ladaria Ferrer
Partager

Le Préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, le futur cardinal Luis Ladaria se dit "sérieusement préoccupé" face aux partisans du sacerdoce féminin

Le préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, futur cardinal Luis Ladaria, est catégorique. La lettre apostolique Ordinatio sacerdotalis du pape Jean Paul II sur l’ordination sacerdotale réservée exclusivement aux hommes a « un caractère définitif ». Et les voix qui mettent en doute le caractère définitif de cette doctrine ne servent qu’à créer une « grave confusion » chez les fidèles, déplore le Préfet dans un article de l’Osservatore Romano.

Pas de faux espoirs

La question de l’ordination des femmes revient ponctuellement dans le débat public. Tout récemment encore en Allemagne, suite à une déclaration d’Annegret Kramp-Karrenbauer, secrétaire générale de l’Union chrétienne-démocrate, au pouvoir, faisant état dans le quotidien Die Zeit de ses espoirs que « l’ordination de femmes prêtres se réalisera bientôt ». De telles prises de position, souligne Mgr Ladaria, préoccupent le Saint-Siège. Le Christ, rappelle-t-il, a choisi douze hommes pour être ses apôtres, décision à laquelle l’Eglise s’est « toujours considérée liée ». Le prêtre agit comme « époux de l’Eglise » et sa masculinité est donc « indispensable », sans qu’il faille y voir une quelconque « subordination » des femmes, mais bien au contraire, un « enrichissement mutuel », comme réaffirmé par Jean Paul dans sa lettre. Et remettre en question cette lettre équivaudrait par ailleurs à remettre en cause l’infaillibilité même du magistère « ordinaire et universel » de l’Eglise.

Tradition ininterrompue

L’Eglise n’a donc en aucune manière le pouvoir de conférer l’ordination sacerdotale à des femmes et cette position doit être celle de tous les fidèles de l’Eglise, insiste le Préfet. Jean Paul II a écrit cette lettre après une large consultation avec les différentes conférences épiscopales, qui ont tous adhéré à cet enseignement. Et ses successeurs, Benoît XVI et François, l’ont suivi. Mgr Ladaria renvoie à ce propos à l’exhortation apostolique Evangelii gaudium (2013) sur l’annonce de l’Evangile dans le monde d’aujourd’hui, dans laquelle le pape François réaffirme sans appel « le sacerdoce réservé aux hommes, comme signe du Christ Époux ». Le préfet chargé de veiller à ce que la doctrine et les mœurs soient conformes à la foi dans tout le monde catholique, invite donc encore une fois à « ne pas interpréter cette doctrine comme une expression de pouvoir, mais de service, de manière à ce que soit mieux perçue cette parité de dignité entre l’homme et a femme dans l’unique corps du Christ ».

 « L’accès des femmes au sacerdoce n’est pas d’actualité ! », avait réaffirmé en 2016, le pape François à bord de l’avion qui le ramenait de Suède. Il comparait alors la situation à l’Église de Suède, dirigée par une femme, Antje Jackelén, pour la première fois de son histoire, expliquant aux journalistes « la dimension pétrinienne, qui est celle des apôtres, et la dimension mariale qui est la dimension féminine de l’Église ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]