Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Le Portugal ne légalisera pas l’euthanasie

PORTUGAL PARLIEMENT
Partager

Les députés portugais ont rejeté, en début de semaine, quatre propositions de loi visant à légaliser l'euthanasie ou "l’aide médicale à mourir" par 115 voix contre et 110 pour.

Les principaux partis représentés au parlement portugais, le Parti social-démocrate (PSD, centre droit) et le Parti socialiste, n’avaient donné aucune consigne de vote à propos de ces textes qui ont été l’objet d’intenses débats entre députés. Pour éviter toute controverse sur les résultats, chacun des députés a été invité à prendre la parole pour faire part de son choix.

Et finalement c’est bien le « non » qui est arrivé en tête des votes des parlementaires portugais. Avec 115 voix contre 110, le projet de loi a été rejeté. Il envisageait « la légalisation de l’aide médicale à mourir sur la base d’une demande éclairée de patients souffrant d’une maladie grave et incurable, sans amélioration prévisible, en phase terminale, ou souffrant d’une lésion très invalidante ».

Pétition contre pétition

L’association des Médecins portugais s’est opposée à ce projet de loi, affirmant qu’il « violait les principes clés de la profession médicale ». Quelques heures avant le vote, des centaines de manifestants se sont réunis devant le Parlement en scandant : « Oui à la vie, non à l’euthanasie ». La Conférence épiscopale a exprimé sa satisfaction en présentant le résultat du vote comme « un triomphe de la vie et un succès de la démocratie ».

Si le sujet est arrivé à l’ordre du jour du Parlement, c’est que les citoyens portugais disposent du droit de pétition, leur permettant de présenter « des demandes ou des suggestions écrites relatives à la défense de droits, de la Constitution, de la loi, ou de l’intérêt général » (Art. 52 de la Constitution). Lancée en 2016 par des militants du « droit à mourir dans la dignité », une pétition réclamant la légalisation de l’euthanasie avait recueilli plus de 8 000 signatures. Ce à quoi, 14 000 signataires, emmenés par la Fédération portugaise pour la vie, avaient répondu et dit aux législateurs que « la société et l’État ont le devoir de protéger la vie humaine ».

Au Portugal, l’incitation ou l’assistance à l’euthanasie sont actuellement passibles de trois ans de prisons.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.