Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Que dire à un enfant mauvais perdant ?

CHILD TENNIS
Partager

Comment réagir face à un enfant qui n’accepte pas la défaite ? Éléments de réponse glanés dans les Petites phrases à leur dire pour les aider à grandir (Albin Michel), de Bernadette Lemoine et Diane de Bodman.

« Je ne joue plus ! », « C’est nul, ce jeu ! », « C’est de la triche ! » (alors que pas du tout !). Quel parent n’a jamais entendu ces phrases ? Ou bien, si les réactions de vos enfants ressemblent plus à des démonstrations de force qu’à des logorrhées verbales, vous avez peut-être déjà assisté à des pugilats fratricides ou à une éruption soudaine de cartes et de pions dans toute la pièce ? Même si le parent éberlué n’y est pour rien dans ce déchaînement de larmes et de cris, causé par une banale partie de petits chevaux ou de Qui est-ce ? , il en va de sa responsabilité d’adulte d’intervenir pour calmer le jeu ! Mais que dire pour consoler un enfant mauvais perdant ?

Petites phrases à dire pour les aider à grandir (Albin Michel), co-écrit par Bernadette Lemoine, psychologue, fondatrice de l’association MCAdS (Mieux Connaître l’Angoisse de Séparation), et Diane de Bodman, attachée de presse dans le secteur de la santé et mère de quatre enfants, offre une panoplie de paroles bienveillantes pour affronter ce genre de situation de la vie quotidienne.

De l’importance de trouver les mots justes

Avant de vous fournir les clés qui transformeront les parties de Uno de vos enfants en une conversation galante entre frères et sœurs, soulignons l’importance de trouver les mots justes. « Tout mot mal prononcé fait du mal à l’âme », disait déjà Platon. Les paroles agissent sur les enfants, soit en les stimulant, soit en inhibant leurs forces. Employer les mots justes est une clé essentielle en matière d’éducation. Dans le cas d’un mauvais perdant, l’objectif sera d’habituer l’enfant à s’amuser paisiblement avec les autres et à accepter les règles, base de toute vie en société et l’inviter à accepter de ne pas pouvoir tout maîtriser, notamment lors des jeux de hasard.

Que dire ?

Bernadette Lemoine et Diane de Bodman invitent tout d’abord à rejoindre l’enfant dans sa colère ou sa déception, en commençant par dire : « Je te comprends, c’est dur de perdre » ou « Je comprends que tu sois déçu… » Ensuite, les auteurs proposent de rappeler à l’enfant qu’il est là pour jouer : « Nous jouons pour nous amuser, nous détendre, passer un bon moment ensemble, pas pour gagner ! ».

Il est important de lui rappeler que vous, ses parents, continuez de l’aimer malgré tout : « Tu es autant digne d’être aimé si tu perds ! » ou « Que tu gagnes ou que tu perdes, je t’aime toujours autant. » Enfin, ces instants sont l’occasion de lui faire comprendre que les échecs peuvent l’aider à progresser : « Même si tu as perdu, tu as appris quelque chose ». C’est ce qui faisait dire à Nelson Mandela : « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. »

Albin Michel

Petites phrases à leur dire pour les aider à grandir, Bernadette Lemoine et Diane de Bodman, Albin Michel, mai 2018, 191 pages, 12,50 euros.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]