Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

La statue équestre de Jeanne d’Arc à Paris n’est pas la bonne

© Codi von Richthofen, Saint Joan of Arc Superstar
Statue équestre de Jeanne d'Arc à Paris.
Partager

Brillante de mille feux, la statue équestre de Jeanne d'Arc, place des Pyramides, est l'une des plus célèbres de Paris. Réalisée au XIXe siècle par Emmanuel Frémiet, auteur d'une autre célèbre statue placée au sommet du Mont Saint-Michel, cette Jeanne d'Arc toute vêtue d'or, demeure depuis toujours un symbole politique fort. Mais beaucoup ignorent les secrets de sa conception...

En 1870, suite à la défaite de la France contre la Prusse, la Troisième République, nouvellement proclamée, veut redonner aux Français un sentiment de fierté. Puisant dans les grandes figures héroïques de son Histoire, l’État choisit celle de Jeanne d’Arc, personnification parfaite de l’unité nationale.

Un sculpteur à la mode

On décide alors d’élever une statue équestre à l’endroit où elle se blessa en 1429, lors de sa tentative échouée de prendre la ville de Paris. Pour réaliser cette œuvre, on fait appel à un sculpture très en vogue à l’époque : Emmanuel Frémiet, célèbre pour ses différentes réalisations notamment le Monument à Napoléon Ier érigé à Grenoble en 1868. Pour réaliser la figure de la Pucelle, Frémiet prend modèle sur une jeune Lorraine de 18 ans. Fondue en bronze brut, elle sera inaugurée en 1874. Placée sur un grand piédestal exécuté par l’architecte Paul Abadie, une grille est installée autour d’elle afin de la protéger.

© Daniel Stockman
Statue équestre de Jeanne d'Arc à Paris.

Forte de son succès, la statue de Jeanne d’Arc va être reproduite en de nombreux exemplaires partout en France. À peine celle de Paris terminée, Frémiet s’attèle à en réaliser une autre pour la ville de Nancy, mais décide d’apporter à cette seconde version quelques modifications. En effet, les critiques vis-à-vis de la statue de Paris fusent et l’artiste, vexé, décide d’améliorer son travail en changeant la position de son cheval pour la version de Nancy. Mais il ne s’arrête pas là : il décide également de refaire totalement la statue équestre de Paris dans le but de la changer !

Échangée secrètement

Mais comment installer sa nouvelle version sans être vu par tous les Parisiens ? La chance tombe à pic. En 1898, de gros travaux pour le percement du métro sont en cours vers la place de la Pyramide. Pour mener à bien le chantier, la statue de Frémiet doit être déplacée temporairement. Ni une ni deux, le sculpteur profite de cette occasion pour remplacer sa sculpture. Pour mieux dissimuler les modifications, il la recouvre d’une patine dorée, lui donnant ainsi l’aspect que l’on connaît aujourd’hui.

© Par Steve Morgan — Travail personnel, CC BY-SA 3.0
Statue de Jeanne d'Arc à Portland.

Des statues similaires, de tailles variées, vont se multiplier dans de nombreuses villes de France comme à Lille (1913, en bronze brut), Saint-Étienne (1916, en bronze brut) ou à Compiègne (1960, en bronze brut). À l’étranger, Jeanne d’Arc aussi sera célèbre au point d’avoir sa statue. À Portland, une copie exacte en bronze doré, sera inaugurée en 1925. Elle est exécutée sur les moules originaux de la statue de Paris avant d’être envoyée aux États-Unis en l’honneur des doughboys, les soldats de l’armée américaine morts lors de la Grande Guerre.

En images : la vie de Jeanne d’Arc magnifiée au Panthéon

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]