Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Gaétan, frère de Saint Jean et champion de tennis

Partager

Alors que la quinzaine de Roland Garros bat son plein, Aleteia vous présente frère Gaétan Bonnasse, 44 ans, un champion de tennis émérite.

L’image est insolite. Frère Gaétan Bonnasse, de la communauté des Frères de Saint Jean, est parvenu à se hisser en finale du championnat de Saône-et-Loire en mars dernier. Un coup de pouce de la providence selon lui : « je crois que mon ange gardien m’a un peu aidé ». Ce jeune Frère de 44 ans est économe général de la communauté. Installé à Fley (Bourgogne) dans le Prieuré de Rimont, il est depuis plus de cinq ans en charge des recettes et dépenses de la communauté pour la congrégation au niveau international.

Entré dans la communauté en tant que Frère en 1998, son appel à la vocation fut étonnant. C’est à la suite d’une rupture de fiançailles qu’il se pose la question de la vocation déclenchée par l’entrée dans la vie religieuse… de sa fiancée. Le discernement fut par la suite « rapide et limpide » raconte Frère Gaétan. Sportif de longue date, le tennis n’était pas forcément son sport privilégié, contrairement au football. Mais il s’est découvert un intérêt pour ce sport à la suite de la proposition d’un match par un jeune de l’aumônerie d’un lycée

Malgré une activité dense, Frère Gaétan essaye aujourd’hui de se réserver deux à trois heures de tennis par semaine pour s’entraîner. Quand on lui demande s’il garde son habit pour jouer, ce dernier nous explique qu’il peut heureusement quitter sa plus belle tenue de travail pour taper dans la balle. Il n’empêche, ce frère Tennis est connu comme le loup blanc dans le club, non seulement pour son niveau relevé, mais aussi pour sa vocation.

Le tennis est pour lui une « mini école de vie ». « Il faut être présent, incarné. Cela permet de garder les pieds sur terre. J’ai besoin de ça pour mon équilibre » raconte-t-il à Aleteia. Toutefois, cette année il boudera Roland Garros… en raison de l’absence de Roger Federer. Disciple du Suisse depuis que son prof de tennis lui a enseigné sa gestuelle, Frère Gaétan observera peut-être la finale ou suivra du bout des doigts les résultats sur son smartphone.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]