Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Un bébé miracle en Méditerranée

NEWBORN MIRACLE
Partager

Samedi 26 mai, l'association SOS Méditerranée France a annoncé la naissance d'un "magnifique garçon de 2,8 kilos" à son bord. Il a été baptisé Miracle. Un enfant qui porte bien son nom.

Une naissance inespérée. Après la naissance de la petite Mercy, qui avait inspiré la fameuse chanson, c’est au tour d’un petit garçon de voir le jour sur l’Aquarius, le navire qui apporte son aide aux migrants qui tentent de franchir la Méditerranée depuis la Libye. En raison du contexte particulier de sa naissance, l’enfant a été prénommé « Miracle ». « Le bébé “Miracle” et sa maman se portent bien et ont été accueillis dans la liesse », a publié l’association de sauvetage en mer sur son compte Twitter le jour même. Dans un autre tweet, elle diffuse une vidéo qui montre l’ambiance festive qui règne à bord.

Il s’agirait du 36e enfant né ainsi à bord de l’un des navires qui se portent au secours des migrants en Méditerranée. La mère et son enfant faisaient partie d’un groupe de 70 migrants. Dimanche, ils sont arrivés à Catane, en Sicile, selon l’ONG.

Les conditions de sauvetage de migrants venus de Libye et tentant de gagner l’Italie se sont dégradées ces derniers mois compte tenu d’une modification des procédures de prises en charge. Pendant des années, les garde-côtes italiens coordonnaient toutes les opérations de secours dans la zone. Désormais, ils transmettent chaque signalement à Tripoli qui prend de plus en plus d’opérations en charge. Pour les migrants, la différence n’est pas anodine puisque quand Rome coordonne, ils sont conduits en Italie. Quand c’est Tripoli, ils sont reconduits en Libye et son lot de violences et de situations dramatiques.

Cette coordination a drastiquement fait chuter les départs vers les côtes européennes. Selon les autorités italiennes, près de 9 500 migrants ont débarqué depuis le début de l’année, soit soit une baisse de 75% par rapport à la même période en 2017. Restent les ONG présentes en Méditerranée qui agissent en dehors de tout cadre légal mais avec d’évidentes motivations humanitaires. Pour elles, les difficultés s’accumulent. Souvent, les Libyens leur ordonnent de rester à distance y compris quand ils sont encore trop loin ou trop mal équipés pour intervenir.

Tags:
migrants
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]