Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

L’admiration du pape François pour Jean XXIII

Capture d'écran YouTube
Partager

55 ans après sa mort, le corps de Jean XXIII a quitté le Vatican jeudi 24 mai pour son premier pèlerinage sur sa terre natale, dans le nord de l’Italie. Le pape François, dans un entretien à la presse locale, partage la joie des Bergamasques et détaille son admiration pour son prédécesseur.

Jean XXIII était un homme « qui ne connaissait pas le mot ennemi », qui « cherchait toujours ce qui unit », conscient que « l’Eglise est appelée à servir l’homme et pas seulement les catholiques », a déclaré le pape dans un entretien au quotidien l’Eco di Bergamo, à l’occasion du départ de la dépouille de Jean XXIII – Angelo Giuseppe Roncalli – pour sa terre natale, dans le nord de l’Italie. Vatican news rapporte les paroles d’admiration du Saint-Père pour son prédécesseur, qu’il a canonisé en 2014.

18 jours de pèlerinage

La châsse contenant la dépouille de Jean XXIII a quitté solennellement la basilique Saint-Pierre au Vatican, le 24 mai dernier, pour un pèlerinage le conduisant vers le diocèse de Bergame, où il a exercé les premières années de son ministère, et Sotto il Monte, où il est né le 25 novembre 1881. Ce pèlerinage de 18 jours a lieu à l’occasion des 60 ans de son élection à la chaire de Pierre, le 28 octobre 1958. L’arrivée de la châsse à Bergame est prévue le 10 juin.

Ce pèlerinage, est « un don et une occasion » pour un « nouveau chemin de foi » a déclaré François. Heureux de partager la joie de « tous ceux qui n’ont pu venir prier sur sa tombe dans la basilique Saint-Pierre et se sentent « interpellés » par ce saint Pape, François s’unit à eux et rappelle ses fondamentaux : avoir toujours le regard « fixe » sur Jésus Christ, voir « ce qui compte vraiment », vivre avec « l’Evangile dans le cœur » et témoigner de sa « fascination » en répandant « sa bonne odeur de propre » dans le peuple de Dieu.

Ce crucifix que Jean XXIII « avait mis au-dessus de son lit, avec lequel il parlait et qu’il écoutait, qu’il regardait et qui semblait le regarder », a souligné le pape François, montre que « le christianisme n’est pas un idéal à suivre, une philosophie à laquelle adhérer ou une morale à appliquer », mais plutôt « une rencontre avec Jésus-Christ qui nous fait reconnaître sa présence dans la chair de nos frères et sœurs ».

Si le pape Jean XXIII a existé…

« Que ce pèlerinage puisse connecter nos cœurs à celui de ce saint Pape », a souhaité pour sa part l’archiprêtre de la Basilique Saint-Pierre, le cardinal Comastri, en sonnant le départ de sa dépouille vers sa terre natale. Un pape si aimé par tout le monde que le jour de sa mort un journaliste s’est exclamé : « Si le pape Jean XXIII a existé, Dieu existe », a rappelé le cardinal, souhaitant à tous qu’un jour « l’on puisse dire cela de chacun de nous ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]