Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Pèlerinage de Chartres : le message du cardinal Sarah aux catholiques de France

Notre-Dame de Chrétienté
Le cardinal Robert Sarah, le 21 mai 2018, à Chartres.
Partager

Repoussant le chiffre record de l’an dernier, le pèlerinage de Chartres a réuni près de 15 000 fidèles lors de la messe du lundi de Pentecôte. Le cardinal Sarah a profité de cet évènement pour adresser un message très fort aux catholiques français.

« Chers pèlerins de France, regardez cette cathédrale, vos ancêtres l’ont construite pour proclamer leur foi. (…) Vos ancêtres n’étaient pas parfaits, ils n’étaient pas sans péchés, mais ils voulaient laisser la lumière de la foi éclairer leurs ténèbres. Aujourd’hui aussi, toi, peuple de France, réveille-toi, choisis la Lumière, renonce aux ténèbres ! »

Si la fatigue faisait craindre, aux pèlerins harassés par trois jours de marche, de s’endormir, le cardinal Robert Sarah s’est chargé de les réveiller. Dès les premiers mots de son homélie, le ton était donné : celui d’un vigoureux appel au réveil spirituel des catholiques de France. Un appel qui résonne avec celui qu’il avait lancé le 31 octobre 2016, lors de la messe de clôture d’un autre pèlerinage : celui des routiers Scouts d’Europe, à Vézelay. « Si vous êtes fidèles à votre engagement, vous changerez le monde » avait alors lancé le cardinal aux centaines de jeunes présents.

Un message aux prêtres et aux parents

Si le pèlerinage de Chartres frappe d’abord par la jeunesse de ses troupes — la moyenne d’âge était de 21 ans, cette année — le cardinal Sarah a souhaité s’adresser, en premier lieu, aux prêtres et aux parents présents. Les prêtres étaient, comme chaque année, très nombreux. Issus des communautés traditionnelles (Fraternité Saint-Pierre, Institut du Christ-Roi, Fraternité Saint-Vincent-Ferrier…), d’ordres religieux (Communauté Saint-Jean, Franciscains de l’Immaculée, Bénédictins de la congrégation de Solesmes…) ou de diocèses français et étrangers.

À eux, le cardinal a adressé deux messages : ne pas s’user dans un activisme dévorant, « la liturgie nous l’apprend, être prêtre, ce n’est pas d’abord faire beaucoup » ;  et ne jamais renoncer à être « signe de contradiction ». Quant aux parents, qui marchaient souvent en couple ou en famille, il a tenu à les remercier au nom de l’Église : « À vous chers parents, je vais adresser un message tout particulier. Etre père et mère de famille, dans le monde d’aujourd’hui, est une aventure difficile, pleine de souffrances, d’obstacles et de soucis. L’Église vous dit merci. Oui, merci pour le don généreux de vous-mêmes. »

« Faites l’expérience de la seule joie qui ne passe pas »

Aux milliers de jeunes présents, le cardinal Sarah n’a rien voulu cacher des maux qui touchent nos sociétés, spirituellement affaiblies. La société de consommation, la solitude et l’effondrement d’individus brisés par le tout économique, les ravages de la pornographie, le terrorisme islamiste ou la haine que portent aux chrétiens certaines idéologies contemporaines.

Mais refusant toute posture victimaire, il les a exhortés à marcher à contre-courant avec la légèreté des enfants de Dieu, citant l’écrivain T.S. Eliot : « Dans le monde des fugitifs, celui qui prend la direction opposée aura l’air d’un déserteur. » Alors qu’en Europe, l’Eglise paraît affaiblie, le cardinal a balayé toute tentation du désespoir : « Vous serez les saints et les martyrs que les nations attendent pour une nouvelle évangélisation. Vos patries ont soif du Christ, ne les décevez pas. » À chaque jeune, le cardinal Sarah a demandé de s’interroger sur son propre appel à la vocation. « Chers jeunes, si aujourd’hui le Christ vous appelle à le suivre comme prêtre, comme religieux ou religieuse, n’hésitez pas, dites-lui « Fiat », un « Oui » enthousiaste et sans condition. » Chaque année, de nombreux jeunes viennent confier sur les routes de Chartres, le pressentiment d’un appel à la vie sacerdotale ou religieuse, ils sont les prêtres, les religieuses, les moines de demain. C’est aussi cela le « miracle » du pèlerinage.

Tags:
chartres
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]