Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Qui sont les derniers Compagnons de la Libération encore vivants ?

Partager

Le décès ce lundi d'Yves de Daruvar, dernier Compagnon de la Libération à avoir combattu au sein de la 2e DB du général Leclerc porte à cinq le nombre de Compagnons de la Libération encore vivants. Aleteia s’est intéressé à ces hommes, ces héros, dont l’engagement exceptionnel a donné à la France ses lettres de lumière dans une période sombre. (Article mis à jour le 28 mai 2018)

Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas. Ces mots, prononcés par le général de Gaulle lors de son appel du 18 juin 1940, ont retenti dans le cœur de nombreux Français. Véritable acte fondateur, cet appel a marqué l’entrée en résistance du général de Gaulle et manifesté, à travers lui, la volonté des Français de défendre leur liberté face à l’ennemi. Après la disparition, vendredi 11 mai 2018, de Claude Raoul-Duval à l’âge de 98 ans (il était le dernier représentant des Forces aériennes françaises libres), c’est Yves de Daruvar, dernier compagnon de la Libération ayant servi au sein de la 2ème Division blindée du général Leclerc, qui nous a quitté ce lundi 28 mai. Aujourd’hui il ne reste plus que cinq compagnons de la Libération encore vivants.

Deuxième ordre national français après la Légion d’honneur, l’ordre de la Libération a été institué pendant la Seconde Guerre mondiale par le général de Gaulle. Destiné « à récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l’œuvre de libération de la France et de son Empire », il ne comporte qu’un seul grade, compagnon de la Libération.

Il a été remis à 1 038 hommes et femmes, à 18 unités militaires et à cinq communes françaises (Nantes, Grenoble, Paris, Vassieux-en-Vercors et l’île de Sein). Parmi les 1038 membres de l’ordre de la Libération, 65 ont été tués avant le 8 mai 1945, alors qu’ils étaient déjà Compagnons, et 271 ont reçu cette distinction à titre posthume. Si bien qu’à peine plus de 700 seulement ont survécu à la guerre.

La rédaction d’Aleteia vous propose de découvrir dans le diaporama ci-dessous les cinq derniers compagnons de la Libération encore en vie : Guy Charmot, Daniel Cordier, Hubert Germain, Pierre Simonet et Edgar Tupët-Thomé. Quand le courage se fait témoignage.

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]