Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

En images : la jolie symbolique spirituelle des fleurs

Partager

Dans les jardins monastiques du Moyen-Âge les plantes, les herbes et les fleurs n'étaient pas cultivées pour leurs seules propriétés de guérison. Elles étaient tout autant appréciées pour leur beauté, leur parfum et leur symbolique spirituelle.

La symbolique chrétienne médiévale exalte les roses. Elles sont le symbole de la souffrance et du martyre. Les lys blancs guérissent bien les morsures de serpent selon Walafrid Strabo, moine bénédictin du IXème siècle qui a décrit les vertus de guérison des fleurs. Mais elles représentent avant tout l’image de la virginité et de la pureté. Avec la violette et l’ancolie, toutes ces variétés de fleurs sont destinées à orner les autels.

Aux diverses vertus de la végétation correspondent des symboles religieux qui révèlent à quel point la botanique est liée à la religion. Elle traduit une vision du monde propre à l’univers médiéval où Dieu est au centre. La nature n’est pas un monde purement matériel, elle a une dimension également spirituelle.

Découvrez les fleurs des jardins monastiques et leur belle symbolique :

Contempler les fleurs et reposer doucement l’esprit

Né en 1198, Dominicain, Albert le Grand était à la fois philosophe, théologien et naturaliste. C’est à lui – qui fut le maître de Thomas d’Aquin, l’un des plus grands philosophes de l’histoire – que nous devons peut être la plus belle définition du verger. Voici comment il doit être considéré dans un jardin médiéval monastique : « Le verger comprendra d’abord un gazon d’herbe fine (…) un vrai tapis de verdure dont rien ne doit dépasser l’uniforme surface. À l’une de ses extrémités, du côté du Midi, se dresseront des arbres : poiriers, pommiers, grenadiers, lauriers, cyprès (…) où s’enlaceront des vignes dont le feuillage protègera le gazon et fournira une ombre agréable et fraîche. (…) Derrière le gazon, on plantera des herbes aromatiques et médicinales, par exemple la rue, la sauge, le basilic (…) puis des fleurs telles que la violette, l’ancolie, le lys, la rose (…). Il conviendra de relever le terrain de manière à y former un siège verdoyant et fleuri où on pourra venir s’asseoir et reposer doucement l’esprit »

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]