Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

De quoi avons-nous peur ?

FATHER AND SON
By alekuwka | Shutterstock
Partager

Demain, la fête de Pentecôte clôturera ce long temps pascal. Eh oui, cela fait déjà cinquante jours que nous avons célébré Pâques ! Arrêtons-nous aujourd’hui sur le don de crainte.

Même pas peur ! La crainte de Dieu n’est pas synonyme de terreur, mais de profond respect envers Lui. En effet, il n’y a pas de raison d’avoir peur puisque Dieu est Amour, Il pardonne et veut notre salut. Craindre Dieu c’est Le respecter et faire confiance en sa sagesse, sa puissance et son amour.

Le don de crainte vient justement nous guérir de la peur. On se souvient bien de ce passage de la Genèse où, après avoir désobéi, Adam se cache. Il a peur de Dieu. Dieu vient à lui et lui donne cette possibilité de se tenir face à Lui. Pour nous, c’est pareil. « La crainte de Dieu est le don de l’Esprit qui nous rappelle combien nous sommes petits face à Dieu et à son amour », précise le pape François.

Comme un petit enfant avec son père

Imaginons un enfant et son père. Il est en confiance. Il est sûr de sa protection. Il ne se sent pas seul. Le don de crainte nous met dans cette même attitude. Il nous rappelle, ajoute le Saint-Père, « que notre bien réside dans l’abandon, avec humilité, avec respect et confiance, entre les mains de Dieu ».

La crainte de Dieu nous inspire une attitude d’adoration. Car, « celui qui adore est celui qui se laisse aimer de Dieu, qui est certain que Dieu ne l’abandonne jamais, le protège, lui parle », indique le père Ludovic Lécuru, bénédictin. Adorer c’est se laisser conduire par Jésus entre les bras de son Père.

Faire l’expérience de ses limites

Face à l’infini de l’amour de Dieu et quand on reconnaît notre pauvreté, on se sent bien petit. Nous faisons l’expérience de nos limites. Elles nous montrent que nous ne pouvons atteindre le bonheur et la vie éternelle uniquement par nos propres forces. L’Esprit saint vient nous réconforter, nous faire prendre conscience que tout vient de Dieu. Il ouvre notre cœur.

À la question : « De quoi avez-vous peur ? », l’abbé Pierre avait répondu : « Il me revient une parole de scout : “Nous n’avons qu’une peur au monde, c’est d’offenser notre Seigneur“. La crainte de Dieu est comme une alarme face à notre péché. Elle nous ouvre les yeux sur ce qui n’est pas ajusté dans notre vie : notre rapport à l’argent, au pouvoir, notre orgueil…

Devenir des chrétiens enthousiastes

Le don de crainte nous pousse à suivre le Seigneur avec humilité et obéissance. Ce n’est pas une attitude passive ou résignée. Non, rétorque notre Pape, « la crainte de Dieu ne fait pas de nous des chrétiens timides, soumis, mais engendre en nous courage et force ! C’est un don qui fait de nous des chrétiens convaincus, enthousiastes, qui ne sont pas soumis au Seigneur par peur, mais parce qu’ils sont émus et conquis par son amour ! »

Tags:
pentecote
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.