Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Centrafrique : première messe célébrée à N.D. de Fatima depuis l’attaque du 1er mai

MASS CONGO
Partager

Après l’attaque perpétrée le 1er mai dernier qui a coûté la vie à 24 personnes, dont un prêtre, l’église Notre-Dame de Fatima, à Bangui, a pu accueillir ses fidèles, dimanche 13 mai, jour de la fête de… Notre-Dame de Fatima.

En ce jour de fête en l’honneur de Notre-Dame de Fatima, l’église de Bangui, placée sous sa protection, a de nouveau accueilli une messe, après l’attaque perpétrée le 1er mai dernier, par des hommes armées, en plein office. 24 personnes, dont l’abbé Albert Toungoumalé-Baba, ont été tués, 170 autres ont été blessés, ce jour-là. La messe a été célébrée par le cardinal Dieudonné Nzapalainga.

« Ce qui est arrivé, c’est le diable qui l’a fait, ce n’est pas un enfant de Dieu. Le diable entre dans le cœur d’une personne pour la pousser à faire du mal à son prochain, à tuer son prochain. Toi qui a fait cela, ne t’en glorifie pas, ce que tu as fait est mal. Dieu n’aime pas le mal. Notre Dieu est un Dieu de bonté », a insisté le cardinal Dieudonné Nzapalainga dans son homélie. Dans l’église, un cœur dessiné à même le sol, sert désormais de lieu de recueillement, en mémoire des victimes de la dernière attaque.

Bangui sous tension

Autour de l’église, l’ambiance était électrique. Deux jours après que le président de la République centrafricaine Touadéra ait été chahuté, le cardinal Nzapalainga s’est vu refuser l’accès aux lieux par des jeunes du quartier en colère après l’escalade de violences. Le prélat a dû être escorté à pied jusqu’au bâtiment. Malgré l’appel au calme du cardinal Nzapalainga et du pape François, le niveau de violence en Centrafrique n’a jamais été aussi élevé depuis 2016. Le pays reste dépendant de l’aide internationale pour sa sécurité.

Tags:
Afrique
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]