Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aleteia

Iran-Israël : « Bien distinguer la réalité et la médiatisation de la réalité »

ISRAELI FLAG
JALAA MAREY / AFP
Partager

Dans la nuit de mercredi à jeudi, Israël a mené des dizaines de raids aériens meurtriers contre des cibles présentées comme iraniennes en Syrie voisine, affirmant riposter à des tirs de roquettes attribués à l’Iran sur le plateau du Golan, territoire syrien annexé par Israël. Éclairage.

Inquiétude légitime ou inquiétude mise en scène ? Après le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire, l’Iran est à nouveau au cœur des préoccupations internationales. Dans la nuit de mercredi à jeudi 10 mai, l’armée israélienne a frappé des dizaines de cibles militaires iraniennes en Syrie en représailles à des tirs de roquettes attribués à l’Iran sur ses positions dans le Golan, un territoire syrien annexé par Israël.

Benjamin Netanyahu, premier ministre israélien, a affirmé que l’Iran avait franchi une « ligne rouge ». Le président iranien Hassan Rohani a de son côté indiqué que son pays ne voulait pas de « nouvelles tensions » au Moyen-Orient tout en soulignant que « l’Iran a toujours cherché à faire baisser les tensions ». Le président de la Commission des Affaires étrangères du Parlement iranien, Allaeddine Boroujerdi, en déplacement à Lisbonne, a lui estimé que « le principal objectif de ces attaques, soutenues par les États-Unis, est de dévier l’attention de l’opinion publique du comportement du président américain, de sa décision de sortir de l’accord » sur le nucléaire iranien.

Qu’en est-il réellement ? « Il y a un jeu de mimétisme entre l’Iran et Israël. Les deux pays se comportent comme des jumeaux car ce sont des centres créatifs, poétiques… qui ont conquis le monde par ces biais-là, explique à Aleteia Thomas Flichy, agrégé d’histoire, docteur en droit et membre de l’Institute of World Politics. Sur la question du nucléaire, il ne faut ainsi pas oublier qu’Israël « est arrivé en possession du nucléaire clandestinement, sans aucune permission internationale ». Historiquement, ces deux pays ont été très proches , « mais depuis la révolution islamique, l’Iran et Israël se font la guerre par procuration en différents endroits du globe : le Yémen, la Syrie, face à l’État islamique… ».

Selon lui, les tensions entre les deux pays existent depuis des années et cet événement, qualifié par plusieurs observateurs d’« escalade militaire », n’est pas synonyme d’action « inédite ». « Il faut bien distinguer la réalité et la médiatisation de la réalité, prévient-il. Certes, les tensions sont plus vives que d’habitudes car Israël a pris prétexte du retrait américain pour pousser son avantage mais il ne s’agit certainement pas d’une déclaration de guerre ».

Plus globalement, « Israël a intérêt à la plus grande instabilité dans son environnement proche, détaille Thomas Flichy. Son intérêt est de fractionner son environnement en micro-communautés rivales afin de pouvoir peser plus lourdement dans les rapports ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]