Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ces expressions qui ont une origine biblique : « Déplacer des montagnes »

MOUNT TABOR
Hanan Isachar / GODONG
Partager

Découvrez ces expressions que nous utilisons depuis notre plus jeune âge. Certaines ont tellement imprégné notre culture qu’on ne soupçonne pas qu’elles puissent avoir une origine biblique.

Déplacer des montagnes

C’est dans l’Évangile de saint Matthieu que l’on retrouve l’origine de cette expression, issue des paroles mêmes de Jésus. Alors que Jésus et ses disciples parcourent villes et villages pour annoncer la parole de Dieu, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean et les emmène à l’écart, sur une haute montagne. Là, devant les yeux ébahis des trois hommes, le Christ apparaît transfiguré : son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière, Moïse et Élie apparaissent et s’entretiennent avec lui. Puis, une nuée lumineuse les couvre de son ombre, et une voix proclame : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! ». (Mt 17)

En redescendant de la montagne, alors que Jésus et ses apôtres rejoignent les autres Hébreux, un homme s’approche d’eux et implore Jésus de guérir son fils épileptique, ce qu’Il fait avec une grande facilité. Déconcertés, les disciples lui demandent pourquoi ils n’y sont pas parvenus eux-mêmes. Jésus leur répond :

« En raison de votre peu de foi. Amen, je vous le dis : si vous avez de la foi gros comme une graine de moutarde, vous direz à cette montagne : “Transporte-toi d’ici jusque là-bas”, et elle se transportera ; rien ne vous sera impossible. » (Mt 17, 20)

Jésus utilise l’opposition entre la taille minuscule de la graine de moutarde et celle, imposante, de la montagne pour montrer la force de la foi. Pour les disciples qui connaissent pourtant les « mystères du Royaume des Cieux » (Mt 13, 11), le chemin vers la foi et la confiance absolue est encore difficile. C’est pourtant cette foi qui permet d’accomplir des choses qui semblent impossibles au premier abord et de venir à bout des plus grosses difficultés. « Tout est possible pour celui qui croit », dit encore Jésus (Mc 9, 23).

Saint Paul reprendra l’expression dans la première Lettre aux Corinthiens, mais à la foi, il rajoute l’amour :

J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. (1Co 13, 2)

La montagne, lieu de spiritualité

Point de contact entre la terre et le ciel, entre les hommes et les divinités, la montagne est depuis l’Antiquité un lieu de haute spiritualité. Ainsi, l’Olympe, plus haut sommet de la Grèce, est traditionnellement le domaine des dieux de la mythologie grecque, le mont Fuji, montagne sacrée déjà révérée par les premiers habitants du Japon, voit chaque année des milliers de pèlerins gravir ses pentes pour vénérer leurs dieux, et au Tibet, le mont Kailash est tenu pour sacré par les pratiquants des grandes religions asiatiques.

La montagne occupe également une place privilégiée dans la Bible. Elle est un lieu de théophanies c’est-à-dire un lieu où Dieu se révèle (du grec Théos : Dieu et phanein : faire apparaître). Dans l’Ancien Testament, c’est sur le mont Ararat qu’accoste l’arche de Noé après le déluge (Gn 8, 4), c’est sur une montagne au pays de Moriah que se rend Abraham, à la demande Dieu, pour Lui sacrifier son fils Isaac (Gn 22, 2), et dans le Livre de l’Exode, c’est sur le mont Sinaï que Moïse monte vers Dieu puis descend vers le peuple (Ex 19).

Dans le Nouveau Testament, en plus de la Transfiguration, de grands moments de la vie de Jésus se passent sur une montagne, ce que souligne en particulier saint Matthieu. Jésus aime s’y retirer pour prier, Il enseigne la foule (le Sermon sur la Montagne, élément essentiel de l’Évangile de saint Matthieu, introduit le Notre Père et les Béatitudes), guérit les malades, les nourrit … C’est aussi d’une très haute montagne que le diable lui offre le pouvoir sur le monde entier à condition qu’Il se prosterne devant lui (Mt 4, 8), c’est sur le mont Golgotha qu’Il sera crucifié, puis c’est de Galilée, à la montagne qu’Il envoie ses disciples proclamer la bonne nouvelle (Mt 28, 16).

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Les lecteurs comme vous contribuent à la mission de Aleteia

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à proposer des informations qui enrichissent et inspirent la vie de nos lecteurs avec une dimension catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient gratuits et librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.