Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Aleteia

La pédagogie des couleurs de l’arc-en-ciel, ou comment vivre la charité fraternelle

UMBRELLA COLOURFUL
By Erhan Inga | Shutterstock
Partager

Jeudi 10 mai, jour de l’Ascension, le pape François sera à Loppiano, la première cité-pilote permanente des Focolari, créée en 1964 par la fondatrice du mouvement, Chiara Lubich. Cette dernière est l’instigatrice de la pédagogie des sept couleurs de l’arc-en-ciel, qui décline les sept nuances de l’amour que nous sommes appelés à vivre, afin que Jésus revive au milieu des hommes.

Le mouvement des Focolari est né en Italie du Nord, en 1943, sous les bombardements de la seconde guerre mondiale, lorsqu’une jeune institutrice, Chiara Lubich, découvre avec quelques compagnes la force indestructible de l’Amour de Dieu. Malgré leur avenir incertain, ces jeunes filles s’appliquent à vivre selon l’Évangile, exaltant l’amour du prochain, et notamment du plus pauvre, comme une réponse à l’amour de Dieu. Elles décident de consacrer leurs forces et leur vie à la réalisation de la prière de Jésus : « Père, que tous soient un » (Jn 17, 21).

Les sept couleurs de la charité fraternelle

Les couleurs font partie des statuts canoniques des Focolari, reconnus par l’Église, sous le terme d’ « aspects concrets de l’Œuvre ». Nées d’une intuition mystique de Chiara Lubich, les sept couleurs résument et représentent sept facettes de la charité, autour desquelles s’articule le mouvement des Focolari. Chaque couleur prend sa source dans une Parole de Dieu. Chiara Lubich compare l’amour à la lumière qui, lorsqu’elle passe à travers une goutte d’eau, permet d’admirer les couleurs de l’arc-en-ciel. De même que l’arc-en-ciel est rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet, ainsi la vie de Jésus en nous, l’Amour, s’exprime de diverses façons.

Le rouge : l’amour opère la communion

« Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît. » (Mt 6, 33) La couleur rouge concerne l’argent, le travail, la solidarité. L’amour opère la communion. C’est-à-dire qu’il nous pousse à mettre en commun ce que nous possédons, tout autant les biens spirituels que matériels. Le rouge considère le travail comme une participation à l’édification de la société, générateur de biens à mettre au service du prochain.

L’orange : l’amour se diffuse

« Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu’il soit déjà allumé ! » (Lc 12, 49) La couleur orange appelle au témoignage et au rayonnement. Jésus en nous, l’Amour, est rayonnement d’amour. Il est caractérisé par l’amour réciproque comme premier apostolat qui génère un peuple nouveau. L’orange se décline aussi par l’évangélisation et l’ouverture à l’autre.

Le jaune : l’amour élève les êtres

« Une seule chose est nécessaire. » (Lc 10, 42) Ce verset fait référence à la visite de Jésus chez Marthe et Marie. La seule chose nécessaire est d’écouter la Parole. Ce troisième aspect évoque la spiritualité et la vie de prière, la communion avec Dieu et avec le prochain. Le jaune reconnaît l’amour pour son frère comme chemin direct vers la sainteté, il redonne sa valeur à la souffrance comme union à Jésus crucifié et abandonné. Il comprend la prière, la méditation, les sacrements, mais s’exprime aussi dans l’éthique et l’engagement responsable dans son cadre de vie.

Le vert : l’amour guérit

« Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux. » (Mt 18, 20) Jésus, l’Amour en notre cœur, est notre santé. Cela comprend la santé spirituelle, mais également la santé physique et mentale. Le vert est attentif à tout ce qui favorise la santé du corps : le climat d’amour entre tous, la qualité des relations interpersonnelles, mais aussi le repos, la détente, l’alimentation, le sport. Il inclut également la maladie, la mort, le soin des malades, la résurrection, la relation d’amour qui continue avec les défunts. Le vert comprend l’écologie comme garante de la vie de l’humanité et de la planète.

Le bleu : l’amour rassemble les personnes

« Observez les lys des chants… » (Lc 12, 27) Jésus, en nous, réunit les cœurs. Le bleu parle de l’harmonie entre les personnes et de leur façon de vivre sur le modèle de la Trinité. L’amour fait d’une assemblée une Église. Le bleu exprime donc la beauté, le bon goût, l’harmonie, l’art dans toutes ses déclinaisons. Il trouve son expression dans l’ordre, la propreté, l’habillement. Il touche à la sociologie et au fait de vivre ensemble harmonieusement.

L’indigo : l’amour est source de sagesse

« À qui m’aime, je me manifesterai. » (Jn 14, 21) L’indigo touche à la sagesse et à l’étude. Nous avons reçu des dons de l’Esprit saint, il nous éclaire dans la recherche de la vérité. L’indigo nous pousse à étudier, à comprendre et à connaître pour mieux aimer. Il traite de l’éducation, des études, de la culture et de la formation animées par l’esprit de sagesse.

Le violet : l’amour fait l’unité

« Que tous soient un. » (Jn 17, 21) La septième couleur exprime l’unité qu’il est possible de réaliser sur la terre entre les différents membres, dans une profonde communion et par différents moyens. Le violet englobe tout ce qui a trait à la communication, moyen pour être relié aux autres, afin d’élargir son cœur aux dimensions de l’humanité.

Voici toutes les principales caractéristiques de l’amour selon Chiara Lubich, qui, lorsqu’elles sont vécues en harmonie, favorisent la relation à Dieu et à l’autre.

Tags:
charite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]