Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Attention au diable, ce « chien enragé qui mord »

lightrocket
Partager
Commenter

À Sainte-Marthe, le pape François a lancé une nouvelle mise en garde contre les "coups de queue" du démon qui se sait condamné mais persiste à séduire.

Le chrétien ne peut rien attendre du démon, de ce tentateur, de ce « chien enchainé, plein de rage, qui mord », de ce menteur, a réaffirmé avec vigueur le pape François lors de son homélie à la Maison Sainte-Marthe, le 8 mai dernier. « Nous ne devons pas l’approcher, ni parler avec lui », a prévenu le Pape. C’est un « perdant », mais « il reste dangereux » et son « coup de queue » peut être effroyable, a-t-il mis en garde pour décrire la dangerosité des moyens utilisés par Satan pour porter les hommes au péché.

« Et nous, idiots, nous le croyons »

Si le diable est capable de « massacres », il est néanmoins un « moribond », conformément à ce qu’enseigne l’Église avec la résurrection du Christ, vainqueur de la mort, explique le Pape dans son homélie. Satan se sait « condamné » et c’est pourquoi il est encore plus dangereux. Condamné, il continue de séduire ? Oui, « difficile à comprendre », reconnaît le Pape, mais il a cette capacité. Il sait qu’il a perdu mais agit en vainqueur. « Le diable promet beaucoup de choses, présente des cadeaux emballés dans du beau papier mais nous ignorons ce qu’il y a à l’intérieur ».

Il sait que l’homme est curieux, vaniteux, et sait comment se présenter à lui, avec tout un tas de propositions qui  » ne sont que des mensonges ». Et d’insister, « n’oublions pas que Satan est le père du mensonge », un « grand menteur » qui « sait bien parler » mais seulement pour mieux « tromper ». Le problème c’est que l’homme « aime être séduit » et peut tomber facilement dans la tentation. Satan promet, nous ment, et nous, comme « des idiots, nous le croyons ! ».

Veiller, prier, jeûner

La lumière de Satan est fulgurante « comme un feu d’artifice », poursuit le Pape, mais elle finit par s’évanouir. Ce n’est pas comme la lumière de Dieu qui, elle, est « douce » et « permanente ». Et  le Saint-Père de rappeler alors les trois clefs de Jésus pour lutter et vaincre ses tentations :  veiller, prier et jeûner. « Ne jamais entrer en dialogue » avec Satan, renchérit le Pape fermement, « ne pas s’en approcher », et  aller se réfugier dans les bras de la Mère, comme les enfants qui « lorsqu’ils ont peur vont trouver leur mère »… « Maman, maman… J’ai peur ! ». Avoir recours à la Vierge Marie qui « veille sur nous ». Comme disent les Pères de l’Église, surtout les mystiques russes, lors de tourments spirituels « se réfugier sous le manteau de la grande Mère de Dieu ». Car la Vierge Marie, conclut le Pape, « nous aide dans cette lutte contre le chien enchainé pour le vaincre ».

Tags:
diable
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]