Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La défense de la famille, la « limite » de l’obéissance à l’État ?

FAMILY HOME
Partager

Le pape François a écrit une préface à un recueil de textes de son prédécesseur Benoît XVI sur la politique, à paraître le 10 mai 2018 en Italie. Dans ce texte, révélé le 6 mai par le journal italien La Stampa, il affirme qu’il existe une “limite” à l’obéissance à l’Etat en matière familiale.

Dans la préface d’un recueil de textes de Benoît XVI sur la politique, le successeur de Pierre souligne qu’il existe aujourd’hui une idéologie qui refuse tout amour sauf celui « de son propre égo ». Selon lui, cela entraîne une « colonisation des consciences », par une idéologie qui nie la différence homme-femme – « certitude de fond » – et son rôle dans la transmission de la vie. Sans les nommer, le Pape désigne ainsi la « théorie du genre » et l’avortement, basés sur la « grande négation » que l’homme a été créé à l’image de Dieu. Ainsi, « il faut établir l’obéissance de l’homme à Dieu comme limite de l’obéissance à l’État », ce qui aujourd’hui signifie « défendre la famille ».

Lire aussi : Emmanuel Macron rencontrera le pape François « à la fin du mois de juin »

Cette idéologie, poursuit-il, aboutit à la « production planifiée et rationnelle » de personnes qui considèrent licite « d’éliminer » ce qui « n’est plus considéré comme créé, donné, conçu et généré, mais fabriqué par nous seuls ». Ces « apparents » droits de l’homme, estime le souverain pontife, conduisent in fine à « l’autodestruction de l’homme ».

Benoît XVI avait déjà étudié ce problème avec l’idéologie marxiste, analyse le Pape argentin. Il avait ainsi mis en évidence que « l’authentique » différence entre le marxisme et le christianisme se situe dans la différence « abyssale » quant à la rédemption. Alors que l’idéologie communiste voit celle-ci comme la libération de toute dépendance, le christianisme la voit comme « complète dépendance à l’amour » qui constitue la « vraie liberté ».

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]