Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Catherine de saint Augustin, une Normande partie planter la croix du Christ au Canada

SAINT CATHERINE AUGUSTIN
Partager

Jacques Gauthier dresse le portrait de Catherine de Saint-Augustin, l'une des fondatrices de l'Église canadienne, pourtant natif de Normandie.

On ne réalise pas jusqu’à quel point l’Église canadienne est née de mystiques et de martyrs qui ont quitté la vieille France pour planter la croix du Christ en cette terre du Nouveau Monde. Ils ont tout donné à ce pays, travaillant à son plein épanouissement, l’ensemençant de leur amour du prochain, l’enracinant dans la foi au Christ. Quelques-uns sont officiellement saintes et saints, bienheureuses et bienheureux, dont Catherine de Saint-Augustin, l’une des fondatrices de l’Église canadienne avec Mgr de Laval, Marie de l’Incarnation, Marguerite Bourgeoys et Jeanne Mance.

Faire la volonté de Dieu

Catherine de Longpré, fille d’un père avocat et de Françoise Jourdan de Launay, est née et baptisée le 3 mai 1632 à St-Sauveur-le-Vicomte, en basse Normandie. En cette même année, les Jésuites retournent en Nouvelle-France et obtiennent le monopole des missions canadiennes.

Catherine est élevée par ses grands-parents maternels qui veulent ainsi aider leur fille Françoise, mère de plusieurs enfants. Les grands-parents tiennent chez eux une sorte d’hôpital qui ressemble un peu à un Hôtel-Dieu, car Dieu est reconnu présent dans ses malades. Catherine est ainsi mise en contact avec des miséreux. Elle apprend le dévouement aux autres. Elle avoue dans son Journal que dès l’âge de trois ans et demi elle avait au cœur un désir brûlant de faire la volonté de Dieu. Ce souci d’accomplir la volonté de Dieu sera le pivot de sa spiritualité. Elle y voit la condition essentielle de l’union à Dieu.

Attirée par la vie religieuse, elle rencontre le grand prédicateur des Cœurs de Jésus et de Marie, Jean Eudes, qui parcourt les paroisses de Normandie avec Marie des Vallées. Encouragée par ce futur saint, elle entre comme postulante chez les Hospitalières de Bayeux à douze ans et demi. Elle prend l’habit religieux le 24 octobre 1646, sous le nom de Marie-Catherine de Saint-Augustin.

Lire la suite sur le blog de Jacques Gauthier.

Tags:
canada
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]