Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Qu’est devenu Mercy, le bébé qui a inspiré la chanson de l’Eurovision 2018 ?

MERCY
Capture Youtube
Partager

Le 12 mai prochain, le duo « Madame, Monsieur » représentera la France au concours de l’Eurovision. Leur chanson « Mercy » est inspirée de la naissance d’un bébé du même nom, né sur un bateau humanitaire, le 21 mars 2017. Un an après, que sont devenus Mercy et sa maman ?

Il y a un an, Taiwo, une jeune nigérienne fuit son pays dévasté par la guerre. Enceinte de 8 mois, elle est recueillie par un bâteau humanitaire avec d’autres migrants et accouche à bord. Elle donne alors naissance à un petit garçon appelé Mercy. La photo du petit bébé, largement diffusé sur les réseaux sociaux, fait le tour du monde. Bouleversé par cette histoire, le duo français « Madame, Monsieur » compose une chanson inspirée de ce drame. La chanson est née, elle s’appelle « Mercy » et s’apprête à défendre les couleurs françaises lors du concours de l’Eurovision.

Lire aussi : La France va-t-elle gagner l’Eurovision avec cette bouleversante chanson ?

Que sont-ils devenus depuis un an ?

La mère, qui avait accosté en Italie, est restée en Sicile avec son bébé. Tous les deux vivent désormais dans le plus grand centre de réfugiés d’Europe de Mineo, à 60 kilomètres de Catane. Ce grand centre, situé en plein désert, accueille 4000 réfugiés. Dans les 300 pavillons que compte ce centre, s’entassent des demandeurs d’asiles aux multiples nationalités. Retrouvée par un journaliste de France 2, Taiwo dit attendre, comme tous les autres réfugiés, une réponse à sa demande d’asile. « Je n’ai absolument personne et je veux que mon bébé arrête de souffrir, ici dans ce camp », confie-t-elle.

Ignorant, jusqu’au mois d’avril dernier, l’existence de la chanson inspirée de son histoire, elle espère cependant que cette dernière pourra alarmer la société sur la situation des réfugiés. « C’est très joli, je prie Dieu que cette chanson soit une réussite », a-t-elle déclaré en écoutant la chanson.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]