Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Une alternative mariale au chemin de croix

JESUS,MARY
Partager

Avez-vous déjà entendu parler de la Via Matris, l’alternative mariale au chemin de croix ?

Si l’on en croit une tradition ancienne, la Vierge Marie serait retournée quotidiennement sur les lieux de la Passion, de la mort et de la Résurrection de Jésus après son Ascension. On dit aussi que Marie aurait suivi Jésus portant sa croix au Calvaire, instituant d’une certaine manière le chemin de croix, tradition adoptée ensuite par les premiers chrétiens et popularisée par les franciscains. Ainsi, prier le chemin de croix peut être un moyen de communier aux douleurs de la Vierge. Mais il existe une autre dévotion qui y est plus particulièrement consacrée.

La Via Matris Dolorosae, ou plus simplement Via Matris (en latin « chemin de la mère »), tradition datant du XVIe siècle et existant depuis le XIXe sous sa forme actuelle, a pour vocation de « méditer les douleurs de la Vierge, qui fut intimement associée à la Passion de son divin Fils. Tel le Christ ʺhomme de douleursʺ (Is 53, 3) par lequel Dieu jugea bon que « tout lui soit enfin réconcilié, faisant la paix par le sang de sa Croix, la paix pour tous les êtres sur la terre et dans le ciel » (Col 1,20), Marie est elle aussi « femme de douleurs », associée par Dieu à la Passion de son Fils (Socia Passionis).

Dès l’enfance de Jésus, la vie de la Vierge Marie fut vécue sous le signe du glaive. Au fil des siècles, la dévotion populaire a mis l’accent sur sept douleurs particulières de la vie de la Vierge, autour desquelles s’articule notamment la Via Matris. Ce chemin est un chemin de foi et de douleur, douleur du rejet de son Fils Jésus par les hommes. Il nous renvoie donc toujours au mystère du Christ serviteur souffrant, mais aussi au mystère de l’Église. Les étapes de la Via Matris constituent un chemin de foi et de douleur sur lequel la Vierge a précédé l’Église, et sur lequel l’Église est amenée à cheminer jusqu’à la fin des temps.

C’est ainsi que les Sœurs de Notre-Dame des Douleurs, une congrégation fondée en Italie et implantée notamment aux États-Unis, décrivent ce « pieux exercice » de la Via Matris qu’elles prient le premier samedi de chaque mois, et dont voici les sept douleurs à méditer :

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]